Rapport analytique

Retransmission en direct de la séance

Consultez la vidéo de cette séance

Situation du personnel dans les foyers scolaires de la Ville

QUESTION DE MADAME ANA CORREIA DA VEIGA

Les listes d’attente pour avoir une place dans un foyer scolaire de la Ville s’allongent d’année en année. Selon les explications fournies au conseil communal, cette situation est due à un manque de personnel qualifié. Le Service Foyers scolaires aurait du mal à trouver du personnel qualifié et serait régulièrement confronté à des démissions.

Quelle était l’évolution du personnel au sein du Service Foyers scolaires dans les deux et les cinq dernières années ? Combien de personnes ont été embauchées et combien ont démissionné ? Quel est le nombre de départs en comparaison avec les départs enregistrés pour l’ensemble des services de la Ville sur les mêmes périodes ? Quelles sont les raisons les plus fréquentes pour les départs  ; ? Quels étaient les taux d’arrêts de travail et de congés de maladie enregistrés  ; ? Quelles parties du Service Foyers scolaires recrutent le plus ? Quelles parties enregistrent la plupart des démissions ?

Le Service Foyers scolaires dispose-t-il d’un service psycho-social à disposition du personnel ? Dispose-t-il d’une délégation du personnel et d’un délégué à l’égalité des chances ? Comment la qualité au travail est-elle assurée ?

Le Service Foyers scolaires publie-t-il régulièrement un rapport d’activités ?

Combien de personnes ont été recrutées depuis l’annonce au conseil communal que le temps de travail hebdomadaire passerait de 35 à 38 heures ?

RÉPONSE PAR MADAME L’ÉCHEVIN COLETTE MART

La question relative à la prolongation de la durée de travail de 35 à 38 heures a déjà été discutée avec la délégation du personnel, mais pas encore au sein du collège échevinal.

Le personnel du Service Foyers scolaires se compose actuellement de 230 éducateurs, dont l’ancienneté moyenne est de 10,3 ans.

Le taux d’absentéisme était de 10,9% en 2022.

Le Service Foyers scolaires est composé de 3 grands départements, à savoir le Centre opérationnel Foyers scolaires, le Centre opérationnel CAPEL et l’administration du service. Les recrutements et les démissions sont gérés par le Centre opérationnel Foyers scolaires.

Le personnel des foyers scolaires dispose d’une offre variée en matière d’accompagnement et de coaching, notamment par la supervision d’équipes, le coaching des chargées de direction et la formation continue du personnel. Sont également organisées des journées de réflexion. Le contrôle qualité est assuré par le Service national de la Jeunesse (SNJ).

En 2018, il y a eu 69 recrutements et 23 démissions. Pour les années suivantes, les chiffres se présentent comme suit  ; : année 2019  ; : 44 entrées / 26 démissions  ; ; année 2020  ; : 103 / 25  ; ; année 2021  ; : 56 / 22  ; ; année 2022  ; : 56 / 38. Au 13 mars 2023, il y a eu 15 entrées et 5 démissions. Le nombre élevé d’entrées pour l’année 2020 s’explique par les contrats conclus en raison des mesures liées à la pandémie. Par rapport à l’effectif total, le taux de démissions est de 5,5% en moyenne.

La Ville ne réalise pas d’entretiens de sortie de manière systématique. Les affirmations faites par certains ne sont pas représentatives. La majorité des personnes qui démissionnent ont trouvé un emploi plus près de leur domicile.

Les membres du personnel peuvent avoir recours aux services d’une chargée de mission support psychologique, de deux délégations du personnel, de deux déléguées à l’égalité nommées par les délégations ainsi que de la chargée à l’égalité des chances (auprès de la Direction Ressources humaines).

Fermeture de cours d’écoles à Bonnevoie

QUESTION DE MADAME CHRISTA BRÖMMEL

Le weekend des 22 et 23 avril 2023, nous avons été informés que les cours des écoles Rue Gellé et Rue Nic Martha sont restées fermées. Ces cours sont des espaces sécurisés importants pour les enfants du quartier Bonnevoie Sud, qui ne disposent pas d’autre aire de jeux aux alentours. Nous avions déjà signalé à plusieurs reprises le problème de la fermeture des cours d’école en dehors des heures de classe.

Quelle était la raison de cette nouvelle fermeture ? Le collège échevinal en était-il informé ? Comment le collège échevinal entend-il remédier efficacement à cette situation régulièrement observée à Bonnevoie ?

Comment l’ouverture des cours d’écoles et des aires de jeux de la Ville est-elle organisée par les services communaux ? Est-ce qu’il existe un plan de remplaçants pour assurer l’ouverture et la fermeture des cours d’école en cas de maladie de la personne responsable  ; ? Quel est le rôle des concierges des écoles fondamentales  ;dans ce contexte ?

RÉPONSE PAR MADAME LE BOURGMESTRE LYDIE POLFER

Nous sommes tous d’accord pour dire que les cours d’école doivent être ouvertes le week-end pour que les enfants du quartier puissent y jouer. L’ouverture et la fermeture des portes est assurée par des agents du Service Parking. L’agent ayant travaillé le samedi 22 avril nous a assurés par écrit qu’il avait ouvert toutes les portes le matin et qu’il les avait refermées le soir. Par contre, l’agent ayant travaillé le dimanche n’a pas fait son travail avec la concentration et le soin nécessaires. Plusieurs portes étaient ouvertes, mais une des deux portes de l’entrée principale de la cour de l’école Rue Gellé était restée fermée, étant donné que l’agent avait enlevé une chaîne, mais oublié de déverrouiller la serrure. L’agent concerné a fait l’objet d’un rappel à l’ordre et nous espérons qu’une telle situation ne se reproduira plus. Concernant la question relative au rôle des concierges, la tâche d’ouvrir et de fermer les portes des cours d’école revient uniquement aux agents du Service Parking. En l’espèce, une erreur s’est produite, ce qui ne devrait pas arriver.

Cour de l’école fondamentale Kirchberg

QUESTION DE MADAME CHRISTA BRÖMMEL

À cause des travaux toujours en cours, la cour de récréation de l’école fondamentale du Kiem n’a pas encore été aménagée. Actuellement, les enfants disposent uniquement d’une surface macadamisée, fermée vers la rue par des grillages. Il n’y a aucun mobilier ni aucune protection contre le soleil et la pluie. Récemment, plusieurs parents ont manifesté sur les réseaux sociaux leur mécontentement et leur incompréhension par rapport à cette situation.

Quelle est la raison de cette situation déplorable ? Le collège échevinal veillera-t-il à ce que cette cour soit équipée – même de manière provisoire – des infrastructures nécessaires, notamment de bancs, de verdure dans des bacs, d’un abri contre la pluie et le soleil brûlant, de jeux, etc. ? Est-ce que cet aménagement pourra se faire dans les meilleurs délais, notamment encore avant le début de la période estivale ? Pour quand l’aménagement définitif de cette cour d’école est-il prévu ? Quand ces travaux seront-ils terminés ?

RÉPONSE PAR MADAME L’ÉCHEVIN COLETTE MART

Le projet du nouveau bâtiment de la rue Anne Beffort prévoit une rénovation complète de la cour d’école. En raison de l’envergure de ces travaux, il n’a pas été possible de se limiter aux vacances scolaires pour les réaliser, de sorte qu’une solution transitoire était indispensable.

Le Service Parcs avait proposé d’installer provisoirement la majeure partie du mobilier urbain de l’ancienne cour de récréation dans la cour temporaire, mais une partie des enseignants n’ont pas été en faveur de cette proposition. Ils ont notamment estimé que l’installation de goals de football n’était pas souhaitable afin d’éviter que la balle ne s’envole dans la rue.

Étant donné qu’un préau se trouve à proximité (près du bâtiment scolaire sis 4, rue Anne Beffort) et qu’il est prévu que la cour temporaire ne soit utilisée que pendant quelques mois, un préau supplémentaire n’a pas été demandé. En fonction des délais de livraison, certains équipements pourraient être rajoutés rapidement.

La mise en service de la nouvelle cour d’école est prévue pour la rentrée scolaire 2023-2024.

Projet de passerelle au-dessus reliant les quartiers de Cents, Weimershof et Neudorf

QUESTION DE MADAME MARCELINE GOERGEN

Il s’agit d’un projet avec une longue histoire, mais de nombreuses personnes continuent à se poser des questions à ce sujet. On a pu voir dans les réseaux sociaux que la passerelle pourra enfin être construite. Ayant rejoint le conseil communal en janvier 2023, je sais que les coûts prévisibles s’élèvent à 24,1 millions d’euros, mais je voudrais être en mesure de répondre à d’autres questions des habitants.

Est-il vrai qu’il s’avère d’ores et déjà que les coûts augmenteront de 50 %  ; ? Est-ce que toutes les autorisations du ministère de l’Environnement sont disponibles  ; ? Sachant que les derniers plans présentés aux habitants des quartiers concernés sont âgés de deux ans et demi, serait-il possible de consulter des plans actuels  ; ? Qu’en est-il de la sécurité du rocher, respectivement du sol dans lequel les piliers seront ancrés  ; ? Est-ce qu’une analyse coûts-bénéfices a été réalisée  ; ? Quels sont les coûts d’entretien de la passerelle par an  ; ? Quand les travaux devraient-ils commencer ?

QUESTION DE MONSIEUR GUY FOETZ

Suite à l’autorisation du ministère de l’Environnement, la Ville a annoncé que les travaux pour la passerelle pour vélos et piétons au-dessus du Neudorf débuteraient en automne 2023.

L’enveloppe budgétaire au moment du vote du projet en décembre 2021 s’élevait à 24 millions d’euros. Ce montant sera-t-il respecté  ; ?

Lors du vote, aucune étude de circulation n’avait été réalisée pour savoir qui emprunterait cette passerelle. Est-ce qu’une telle étude de circulation a été réalisée depuis décembre 2021 ? Si oui, quels résultats a-t-elle donnés ? Sinon, est-ce qu’une telle étude est programmée ? Quelles améliorations sont prévues pour créer des liaisons cyclables sécurisées avec la passerelle  ; ?

La construction de la passerelle comportera une forte incursion dans les zones vertes qui se sont développées naturellement de part et d’autre. Entre 40 et 60 arbres devront probablement être abattus. Est-ce que les mesures imposées par le ministère de l’Environnement en compensation de la « destruction » ou de la « détérioration des biotopes protégés, des habitats d’intérêt communautaire et des habitats des espèces d’intérêt communautaire pour lesquels l’état de conservation des espèces est évalué non favorable », seront toutes localisées sur le territoire de la ville ? Où sont-elles prévues et quelle sera leur envergure ?

RÉPONSE DE MONSIEUR L’ÉCHEVIN PATRICK GOLDSCHMIDT

Je remercie Madame la conseillère Goergen et Monsieur le conseiller Foetz de leurs questions relatives à la passerelle projetée.

Depuis décembre 2021, il y a eu plusieurs tranches indiciaires ainsi que des augmentations de prix dues à la guerre en Ukraine et la crise de l’énergie, de sorte qu’on peut s’attendre à ce que l’enveloppe budgétaire de 24,1 millions d’euros prévue en décembre 2021 ne suffira pas. Pour pouvoir chiffrer le dépassement éventuel – qui serait évidemment soumis à l’approbation du conseil communal – il faudra attendre le résultat de l’appel d’offres qui sera lancé dans les semaines à venir.

La Ville dispose maintenant de toutes les autorisations nécessaires, y compris celle du ministère de l’Environnement (reçue le 21 février 2023).

Les plans sont restés les mêmes qu’il y a deux ans et demi. Les personnes intéressées à les consulter peuvent s’adresser à la Police des bâtisses de la Ville. L’avis au public est publié depuis décembre 2022.

Une analyse coûts-avantages n’a pas été réalisée, mais l’utilité est très élevée et la majorité du conseil communal a estimé quîl s’agit d’une investition judicieuse dans la mobilité douce.

Les coûts d’entretien annuels sont estimés à 162.000 euros.

Le début des travaux est prévu à l’automne 2023 (octobre/novembre).

2.802 m2 de forêt seront enlevés. Cela équivaut à 133.037 éco-points, dont 104.804 points (soit 2.616 m2) à l’intérieur de la zone verte et 28.233 points (soit 186 m2) à l’extérieur de la zone verte.

69.461 éco-points, soit un peu plus que la moitié, seront compensés in situ, c.-à-d. sur les parcelles 559/3156, 556/2751, 559/3486, 559/3157, 609/846, 574/4269, 637 /4369 et 559/2750 (section ED de Neudorf) par plantation de hêtres/forêts de succession.

18.873 éco-points seront par ailleurs compensés par la plantation d’hêtraies (Asperulo-Fagetum, type 9130) sur une parcelle (582/5849) d’une surface de 699 m2 située à Hamm, de sorte que l’intégralité de la forêt détruite sera compensée sur le territoire de la Ville.

Comme les biotopes nouvellement créés auront une valeur en éco-points inférieure à celle des biotopes existants, il reste une différence de 44.703 éco-points, qui sera compensée par le paiement d’une taxe.

Concernant les études réalisées, je voudrais rappeler qu’un bureau d’études allemand avait constaté déjà en 2006 que de nombreuses personnes utiliseraient le vélo ou iraient à pied pour certains déplacements s’il y avait des itinéraires plus directs. Le bureau d’études avait proposé à l’époque la construction d’une passerelle pour piétons et cyclistes au-dessus du Neudorf. L’Administration des ponts et chaussées créera une liaison avec la piste cyclable nationale passant par le Stadtgrund. Il y aura également une meilleure connexion vers la gare de Cents, vers Hamm et d’autres quartiers de la Ville, ainsi que vers les communes voisines, telles que Contern et Sandweiler. La possibilité d’utiliser un vélo électrique convaincra sûrement l’un ou l’autre de rouler à vélo au lieu de prendre la voiture.

QUESTION DE MONSIEUR GUY FOETZ

Sous l’ancien collège échevinal, nous avions demandé si beaucoup de gens ont déclaré être intéressés par l’utilisation de la passerelle projetée. Nous n’avons jamais obtenu de réponse concrète à cette question. Par ailleurs, je voudrais faire remarquer que nous ne sommes pas contre la construction de cette passerelle, mais que nous avons manqué de chiffres. Nous constatons également que le début et la fin de la passerelle se trouvent dans un no man’s land.

RÉPONSE DE MONSIEUR l’ÉCHEVIN PATRICK GOLDSCHMIDT

Sachant que la population de la Ville change beaucoup chaque année, il aurait été peu utile de demander aux habitants en 2006 s’ils seraient intéressés à utiliser une passerelle en 2025. Le constat s’impose que l’ascenseur reliant le Pfaffenthal à la Ville-Haute et le funiculaire reliant le Pfaffenthal au Kirchberg ont beaucoup de succès. Il s’agit de choix politiques qui se sont avérés justes. Je suis convaincu que des milliers de personnes utiliseront cette passerelle.

RÉPONSE PAR MADAME LE BOURGMESTRE LYDIE POLFER

Par cette passerelle, nous relierons Cents et Neudorf, deux grands quartiers résidentiels, au Kirchberg, le plus grand quartier de bureaux de la capitale. Cela devrait être un argument suffisant pour justifier ce projet. L’affirmation selon laquelle le pont aboutit dans le no man’s land est fausse. Ce n’est pas le cas du côté de Cents, ni du côté de Weimershof.

Système de location « Vel’OH ! »

QUESTION DE MADAME CHRISTA BRÖMMEL

À l’occasion des 15 ans du système de location «   ;Vél’OH  ; !  ; », la Ville avait invité à une célébration de cet anniversaire et avait annoncé une action visant «   ;à promouvoir le recours à la mobilité douce et notamment l’usage de la bicyclette en milieu urbain. »

Si l’utilité et le succès du système de location de vélos et notamment de vélos à assistance électronique ne sont plus à démontrer, force est de constater que l’état de fonctionnement et la maintenance du matériel actuellement en service laisse souvent à désirer. A plusieurs reprises, des utilisatrices et des utilisateurs m’ont fait part de stations défectueuses, de vélos mal entretenus ou encore de l’absence de stations dans certains quartiers de la ville.

Comment le collège échevinal juge-t-il l’état de fonctionnement des vélos et des stations à ce stade ? Les problèmes de maintenance sont-ils résolus ? Si non, comment le collège échevinal entend-il assurer que JCDecaux garantisse un service de qualité aux abonnés du su système de location  ; ? Afin d’éviter que des vélos « abandonnés » obstruent des trottoirs ou d’autres places, le collège échevinal envisage-t-il d’obliger JCDecaux à équiper les vélos d’un système de GPS  ; ? Quand les quartiers situés au nord de la Ville (notamment Dommeldange et Weimerskirch) et le quartier de Neudorf seront-ils enfin connectés au réseau «   ;Vel’OH  ; !  ; » ? Quand les stations de gonflage seront-elles équipées de manomètres permettant aux cyclistes de savoir si les pneus sont assez ou trop gonflés.

RÉPONSE DE MONSIEUR L’ÉCHEVIN PATRICK GOLDSCHMIDT

L’état de fonctionnement des vélos s’est beaucoup amélioré par rapport au temps de la pandémie. À l’époque, on retrouvait de nombreux vélos endommagés sur le territoire de la Ville, il était difficile d’obtenir des pièces de rechange et JCDecaux ne respectait pas toutes les dispositions du cahier des charges. Dans une lettre recommandée, la Ville a invité JCDecaux à respecter le cahier des charges.

Aujourd’hui, le pourcentage de vélos endommagés ou non retournés est de 3 %, ce qui correspond à une amélioration notable. JCDecaux a également augmenté ses effectifs au Luxembourg. Il y a en tout 10 personnes  ; : 4 agents sont affectés à l’équipe de maintenance effectuant sur le terrain les réparations des vélos et des stations défectueuses, alors que 6 mécaniciens réalisent les réparations à l’atelier. En principe, chaque vélo est inspecté une fois par semaine, ou du moins une fois tous les 10 jours. Une révision complète de chaque vélo est réalisée une fois par an. Les freins sont remplacés au moins tous les 24 mois.

Si la Ville avait souhaité que les vélos soient équipés d’un système de GPS, cela aurait dû être prévu dans le cahier des charges. JCDecaux ne prévoit pas l’installation d’un tel système. Cependant, afin de rendre l’utilisation illicite des vélos plus difficile, JCDecaux est en train de renforcer les points d’attache des stations «   ;Vel’OH  ; !  ; », notamment dans les zones où les cas de vandalisme sont les plus fréquents. Le concours de la Police grand-ducale a également permis de réduire les cas de vandalisme.

Concernant les quartiers nord de la ville, la nouvelle station «   ;Halanzy  ; » a été mise en service en mars 2023 à l’occasion du 15e anniversaire du système «   ;Vel’OH  ; !  ; » à Luxembourg-Ville. Il est prévu d’ajouter des stations supplémentaires. L’installation de la station prévue dans la rue Nennig à Dommeldange prendra encore du temps, étant donné qu’elle est liée à la réalisation d’un projet de logements. D’autres stations seront installées près du stade Henri Dunant (à l’automne 2023) et près du bâtiment des scouts dans la rue Munchen-Tesch. En ce qui concerne le Neudorf, une station «   ;Vel’OH  ; !  ; » y sera mise en place en 2025 dans le cadre de la construction de la passerelle.