Passer au contenu principal
menu

Pourquoi plus de biodiversité ?

La biodiversité contribue à protéger les sols, à retenir les polluants de l'air, à rendre agréable le climat urbain et à améliorer le cadre de vie. La biodiversité en milieu urbain est le signe et le garant d'un environnement sain qu'il s'agit de préserver et de développer.  

Les potentiels de la Ville

La Ville gère 171 ha d'espaces verts d'agréments et de parcs ainsi que 1.055 ha de forêts certifié FSC. Ils constituent le "poumon vert" de la Ville et abritent une richesse et une multiplicité d'espèces animales et végétales. La Ville offre aussi d'autres milieux favorables à la diversité de la faune et de la flore: cours d'eau, étangs, jardins, cimetières, murs, façades et toitures, parkings, chemins et places publiques.

Les actions en faveur de la biodiversité sont guidées par les lignes de conduite que l'administration s'est donnée fin 2008 dans le cadre du programme Agenda 21 local et qui se traduisent notamment par :

  • la tolérance de végétation spontanée en milieu urbain,
  • le renoncement aux herbicides/pesticides,
  • la plantation et l'entretien d'arbres et de haies en ville,
  • la gestion durable des forêts communales,
  • le fauchage écologique,
  • l'aménagement de revêtements perméables et végétalisés,
  • le renoncement aux semences d'organismes génétiquement modifiées.

La Ville de Luxembourg est labellisée "Naturgemeng". Ce label récompense les communes se distinguant par des actions particulières en faveur de la protection de la nature. Le recours aux pesticides ayant été systématiquement abandonné par tous les services communaux dès 2009, cette démarche de commune sans pesticides fut officiellement confirmée par délibération du conseil communal du 9 mai 2011.

Les jardins communautaires

En 2013, la Ville de Luxembourg a lancé un premier projet de jardin communautaire dans le quartier de Bonnevoie-Kaltreis. Le but du projet était de permettre aux habitants d'un quartier de rétablir un lien avec le maraîchage écologique tout en nouant des contacts sociaux avec leur voisinage.

Vu le succès du projet pilote, deux nouveaux jardins communautaires ont suivi l'exemple en 2014 pour les quartiers Limpertsberg et Ville Haute-Gare, un jardin supplémentaire a été ouvert en 2017 à Pfaffenthal. Actuellement, un nouveau jardin communautaire est en cours de réalisation au quartier Grund.

La Ville et les abeilles

Les abeilles assurent la pollinisation et apportent donc une contribution indispensable au bon fonctionnement de l'écosystème et à la préservation de la biodiversité. En 2013, la Ville de Luxembourg a installé des ruchers dans la vallée de la Pétrusse pour produire son propre miel « Stater Hunneg ». Plusieurs sites ont été aménagés depuis à Kockelscheuer, dans le parc Tony Neuman et sur le plateau Eicherfeld. En 2017, la quantité totale du « Stater Hunneg » était de 549 kg. Ce miel fait partie du programme alimentaire des foyers scolaires et des crèches de la Ville de Luxembourg.

Les ruches sont exploitées selon des critères écologiques. En août 2016, le Service Patrimoine naturel a signé un contrat avec l’organisme de contrôle « Kontrollverein ökologischer Landbau » en vue de l’obtention d’une certification pour ses produits d’apiculture.

Les moutons et les ânes

Dans le souci de respecter la nature et de contribuer à assurer la biodiversité par la conservation des habitats naturels, la Ville de Luxembourg a mis en place un troupeau de moutons des landes pour l’entretien écologique de quelques vergers propres et zones naturelles sensibles.

L’éco-pâturage répond également à des préoccupations telles que :

  • entretien de parcelles difficiles d’accès,
  • entretien non mécanisé sans émission de polluants,
  • gain de temps pour les équipes « espaces verts »,
  • maintien d’une « vie » sur des espaces délaissés.

Le troupeau se compose de +/- 60 brebis et jeunes moutons, ainsi que d’un bélier.

Afin de renforcer le pâturage naturel, le Service Patrimoine naturel dispose également d’une demi-douzaine d’ânes, ayant une affectation complémentaire par rapport aux moutons.

Les moutons et les ânes sont pris en charge par le Service Patrimoine naturel.

Les plantes invasives

Certaines espèces de plantes ont été introduites artificiellement dans nos régions et se propagent de manière invasive, faute d'ennemis naturels. Elles nuisent de ce fait à la biodiversité indigène. Ensemble avec l'Administration de la Nature et des Forêts, l'Administration de la Gestion de l'Eau et le Musée Nationale d'Histoire Naturelle, les services de la Ville mènent un programme de lutte contre ces plantes. Plus d'infos dans la fiche « Plantes néophytes invasives » téléchargeable ci-dessous sous la rubrique « Biodiversité chez moi ». 

Des renseignements détaillés sur la Berce du Caucase, particulièrement problématique pour les brûlures qu'elle peut provoquer, sont fournis par le site du Musée National d'Histoire Naturelle.

Comment contribuer à la biodiversité ?

Appliquant elle-même des pratiques respectueuses de l'environnement, la Ville de Luxembourg souhaite aussi vous donner quelques conseils pour renoncer aux produits chimiques et contribuer à la biodiversité dans votre jardin. Vous trouvez ces conseils ci-après sous forme de fiches pratiques élaborées en collaboration avec la Haus vun der Natur, Hëllef fir d'Natur et la Ligue du Coin de Terre et du Foyer.

La biodiversité chez moi

Amélioration du sol

Amis et ennemis du jardin

Pour en savoir plus

Contacter
le service

Coordonnées

Bâtiment « Rocade »

3, rue du Laboratoire
L-1911 Luxembourg

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi

de 8h à 12h
et de 13h à 16h

Contacter
le service

Coordonnées

132, rue de Reckenthal

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi

de 7h à 16h

Contacter
le service

Coordonnées

Devashaff

105, rue des Sept Arpents
L-1149 Luxembourg

S'y rendre en bus

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi

de 7h30 à 15h30