Passer au contenu principal
menu

Infractions au règlement général de police

QUESTION PAR CLAUDINE KONSBRUCK

Le règlement général de police de la ville qui date du 26 mars 2001 énonce une serie d'infractions plus ou moins graves susceptibles de faire l'objet d'une amende.

La dernière adaptation du règlement date du 23 novembre 2015 et a introduit un article 51 nouveau sur la mendicité libellé comme suit:

« Art. 51 : Toute forme de mendicité organisée ou en bande est interdite. La mendicité est interdite aux mineurs de moins de dix-huit ans ainsi qu'aux majeurs accompagnés de mineurs de moins de dix-huit ans qui pratiquent ou ne pratiquent pas la mendicité. »

  • Le règlement général de police contient plusieurs formulations désuètes et dépassées et il faut saluer l'intention du collège échevinal de procéder à sa révision.
    Est-ce qu'il ne faudrait pas viser également dans les interdictions certaines incivilités ? ( ex. dépôts sauvages ou à côté des récipients publics de collecte, jet de déchets/ mégots sur la voie publique, inscriptions sur les murs, etc...)

    Quel est le calendrier prévu pour cette refonte du règlement de police ?
     
  • Le phénomène de la mendicité continue à être fortement présent dans les rues de la ville.
    Est-ce que le collège échevinal pourrait nous renseigner sur le nombre de PV dressés en 20l6-20l7 pour infraction à l'article 51 ?

    Il est un fait que certains mendiants sont en compagnie de petits chiens. Un incident entre chiens a eu lieu récemment.

    Est-ce que des contrôles réguliers sont effectués sur les animaux ? Est-ce qu'il y a eu des cas de non-respect des prescriptions vétérinaires ?

RÉPONSE PAR LYDIE POLFER

Mme le bourgmestre répond que la police est compétente pour dresser les PV, mais que les informations qu’elle fournit ne donnent malheureusement pas satisfaction.

Ainsi la police informe que « l’article 51 du règlement général de police n’est pas extrapolé dans les statistiques policières et fait partie d’un ensemble d’infractions audit règlement, la police ne peut donc pas donner de chiffres quant au nombre de procès-verbaux établis pour infraction à l’article 51 ». La police précise que les chiens accompagnant les mendiants sont contrôlés par les agents de police et qu’en général les chiens disposent de tous les vaccins respectivement papiers prescrits par la législation.

Du moment que la loi concernant les nouvelles compétences des agents municipaux aura été votée, le conseil communal sera saisi d’une refonte plus étendue du règlement général de police.

 

La sécurité des piétons dans les zones 30

QUESTION PAR HÉLOISE BOCK

Dans le cadre des récents accidents impliquant des piétons circulant dans la Ville, je me permets de poser quelques questions au sujet d'éventuelles mesures de sécurité des piétons supplémentaires. Ces mesures pourraient venir se raiouter aux dispositions que vous avez d'ores et déjà prises par le passé, telles que I"illumination renforcée de certains passages piétons et la signalisation des écoles.

Tout d"abord, je souhaite savoir si les passages pour piétons qui ont été enlevés à un certain nombre d'endroits à travers la Ville dans le cadre de l'instauration de « zones 30 » peuvent être repeints au sol, et ceci dans le but d"assurer une sécurité adéquate des piétons. Je vous saurais également gré d"indiquer si un aménagement des rues en « zone 30 » peut être systématiquement effectué avec pour objectif d'alerter et de ralentir les nombreux automobilistes qui - à l'évidence - ne respectent pas la limitation de vitesse.

Lors d'une réunion avec un représentant du Service Circulation de la Ville, il avait été expliqué aux résidents du quartier Gare qu'il n'y avait en principe (selon un concept élaboré au niveau national) pas lieu de maintenir des passages pour piétons dans les « zones 30 » étant donné que de telles « zones 30 » seraient censées instaurer un « espace partagé » et que les piétons pourraient ainsi traverser la rue en dehors des passages pour piétons. Or, le principe de l'enlèvement des passages pour piétons - qui plus est dans des rues qui ne sont en général pas spécialement aménagées - ne fait a priori pas de sens en îermes de sécurité des piétons. Comment expliquer, par exemple, à un enfant de 5 ans - qui ne connaît a fortiori pas le Code de la route ni la théorïe des « zones 30 » - qu'il peut traverser une rue en dehors du passage pour piétons dans une rue en « zone 30 » et non dans une autre rue en « zone 50 ou plus » ? L'effet pervers n'estil pas donner de mauvaises habitudes irresponsables aux enfants ? Force est d"ailleurs de constater que les automobilistes, et même les chauffeurs professionnels, ne semblent majoritairement pas connaître les règles des « zones 30 » et ne laissent donc pas passer les piétons. La question se pose donc de savoir s"il est possible de repeïndre tous les passages pour piétons qui ont été enlevés, d'arrèter d'enlever les passages pour piétons dans les « zones 30 » et de vérifier à quels endroits des passages piétons pourraient éventuellement être rajoutés.

En sus de la mesure susvisée, je me permets de proposer deux autres mesures visant une meilleure sécurité des piétons :

La première mesure est un aménagement systématique des rues à « zone 30 ». Cet aménagement, qui est d'ailleurs effectué dans d'autres villes, consiste à aménager les rues en « zigzag » en évitant toute ligne droite. Un tel aménagement pourrait s'effectuer assez rapidement également dans les rues existantes en vissant dans le sol des poteaux en alternance à gauche et à droite de la rue pour rétrécir Ia rue au niveau des bacs à arbres et en créant ainsi un parcours en « zigzag ». Une autre possibilité, qui serait sans doute plus esthétique, serait de peindre les stationnements pour voitures « en biais » et en alternance à gauche et à droite de chaque rue (au lieu des rangées de stationnements de chaque côté). Une mesure qui viendrait se rajouter à I"aménagement en « zigzag » pourrait consister dans la surélévation des passages piétons à l'entrée des rues résidentielles : les piétons seraient plus visibles et les automobilistes seraient ainsi clairement avertis de la nécessité d'un ralentissement pour cause de passage dans une zone résidentielle, par opposition à un axe de circulation principal dans lequel le trafic automobile doit rester aussi fluide que possible.

Enfin, une campagne de sensibilisation des automobilistes, et notamment des chauffeurs professionnels, visant le respect des « zone 30 » serait également utile. Une telle campagne complémenterait de manière logique la campagne actuelle qui vise uniquement les piétons. Des panneaux installés à toutes les entrées de la Ville pourraient ainsi rappeler aux personnes étourdies Ie fait qu'elles entrent en territoire urbain et donc humain. J'espère que les suggestions ci-dessus sont utiles et qu'elles pourront trouver un écho favorable en vue de faire des « zones 30 » une réalité partout et de permettre une meilleure cohabitation des voitures et des piétons.

RÉPONSE PAR PATRICK GOLDSCHMIDT

Monsieur l’échevin Goldschmidt répond que de façon générale la Ville adhère aux principes établis par la Commission de la Circulation de l’Etat préconisant de réduire à un minimum le nombre de passages pour piétons à l’intérieur des zones 30km/h et que la Ville garde néanmoins le droit d’aménager des passages pour piétons à certains endroits.
Nonobstant la présence d’un passage, il est recommandé aux piétons de regarder des deux côtés avant de traverser la chaussée.

Il a été constaté que les automobilistes cherchent le trajet qui les arrange le plus pour atteindre leur destination, et il n’est pas prouvé que des passages pour piétons ont pour effet de faire respecter davantage les limitations de vitesse. Le Service Circulation procède à des comptages réguliers pour recenser le nombre de voitures en transit et leur vitesse, ce service peut être invité à faire ces comptages dans certaines rues à problème en vue d’adapter éventuellement la signalisation.
En collaboration avec les Syndicats d’Intérêts locaux des quartiers, il peut être analysé à quel endroit un passage pour piétons pourra être rétabli.

A l’entrée des zones 30km/h, la largeur de la chaussée est limitée à 5,5 mètres, dans des quartiers où les rues sont étroites, tels le quartier de la Gare, des mesures d’infrastructures supplémentaires n’ont pas été envisagées.
En ce qui concerne la surélévation des passages pour piétons, les riverains s’en plaignent souvent en raison du bruit que chaque passage de voiture provoque. Pour mettre en place des parcours « zigzag », il faut que la chaussée soit suffisamment large pour permettre un tel aménagement, faut encore savoir que beaucoup de voitures stationnent dans ces rues, ce qui en complique encore la réalisation.

La Ville participe à des campagnes de sensibilisation organisées par la Sécurité Routière, telle celle « Réfléchissez-gitt sichtbar » en 2017 et les services de la Ville entreprennent eux-mêmes des démarches à l’occasion de la semaine de la mobilité telles celle « Partageons la Ville ». Chaque année, une campagne est prévue également pour rendre attentif à une conduite prudente dans les quartiers.

 

Problèmes techniques de l’ascenseur du Pfaffenthal

QUESTION PAR TOM KRIEPS

L'ascenseur du Pfaffenthal, qui a pris un certain temps et un sérieux dépassement de budget pour voir le jour, a un grand succès qui, par ailleurs, me semble largement mérité.

Malheureusement, il semble être affligé d'un grand nombre de problèmes techniques qui le bloquent régulièrement, au grand dam des cyclistes et autres habitants du Pfaffenthal.

Il est actuellement en panne jusqu'au 9 avril, et ceci au début de la saison touristique.

Pourriez-vous m'informer sur les raisons de ces pannes à répétition et si l'on peut envisager une amélioration du système ?

S'agirait-il d'un défaut de conception du projet ?

RÉPONSE PAR PATRICK GOLDSCHMIDT

Monsieur l’échevin Goldschmidt répond que la maintenance de l’ascenseur du Pfaffenthal est effectuée régulièrement, mais qu’il y a eu effectivement quelques pannes, dont une panne majeure le weekend de Pâques où un élément roulant était cassé.

Le budget prévu a été respecté pour l’ascenseur qui a fait l’équivalent de quelque 50.000km en deux ans.

Une application annonce au public quand la maintenance mensuelle de l’ascenseur a lieu, en outre des panneaux sont mis en place pour garantir encore une plus grande visibilité.

L’ascenseur est une construction unique qui a connu un grand succès jusqu’à présent. Le verre utilisé a différentes couches, dont une a reçu une fissure récemment. ll n’y a cependant pas eu de risque de sécurité pour les utilisateurs, de sorte que l’ascenseur a été maintenu en service. Lors de la prochaine maintenance, un verre provisoire sera mis en place en attendant le remplacement définitif du verre endommagé.

En ce qui concerne le WIFI, celui-ci communique essentiellement au système quand un utilisateur a actionné le bouton. Ce WIFI est sécurisé et ne peut pas être influencé par un intervenant externe.

La participation citoyenne pour le réaménagement d’espaces publics notamment la Place de Paris

QUESTION PAR FRANÇOIS BENOY

Dans le cadre des interventions de membres du collège échevinal lors de l'assemblée générale de l'Union commerciale de la Ville de Luxembourg le 28 mars 2018, la suite des participations citoyennes pour les réaménagements d'espaces publics, notamment la place de Paris, a été annoncé.

Sachant que, selon le rapport de la commission du développement urbain du 23 février 2018, le chantier pour le renouvellement des réseaux, du tram et le réaménagent de l'espace urbain dans l'avenue de la Liberté débutera cette année; quand, où et comment est-ce que la participation citoyenne en vue de la réaffectation de la place de Paris aura lieu? Quel sera l'objet exact de cette participation ?

Sachant que l'espace urbain de nombreuses places publics dans notre ville reste à améliorer, quelles autres participations citoyennes en vue des ces
réaménagements sont planifiées dans les différents quartiers et dans quels horizons ?

RÉPONSE PAR LYDIE POLFER

Mme le Bourgmestre répond qu’une réunion bien fréquentée a eu lieu en date du 29 mai 2018 au sujet de la place de Paris. Les riverains ont pu s’informer et exprimer leur opinion. Sur base des idées et suggestions émises, une proposition sera élaborée pour être transmise à la société Luxtram qui fera les travaux dans le cadre de l’installation du tram.
Les riverains veulent que cette place reste un lieu convivial avec des manifestations comme la kermesse p.ex.

Le dialogue est fait systématiquement, ainsi au Grund, où le pont sera rénové, avec une rénovation de la place, à Pulvermühl, à la Place Thorn à Merl, au Spidolsgaart au Pfaffenthal, au centre de Hamm, où il est prévu de transformer la ferme Ernst en centre culturel et logements, de réaménager le site autour de l’église et d’apaiser la circulation engendrée par la St.George School, à la Place et la rue de Strasbourg dans le contexte de mesures d’apaisement de la circulation.
Dans ces réunions, les riverains peuvent exprimer leurs suggestions et le collège échevinal essaiera d’en tenir compte. Les conseillers sont également informés systématiquement de ces réunions.

L’organisation de la fête des voisins

QUESTION PAR FRANÇOIS BENOY

Aujourd'hui est la 18ième journée européenne de la fête des voisins, qui a pour but de favoriser la vie de quartier et ainsi la cohésion sociale. La Ville de Luxembourg y participe depuis 2005 en mettant à disposition aux citoyens organisant une fête, des bancs, des tables et du matériel promotionnel. De plus, la Ville procède au barrage de rues pour créer de l'espace pour l'organisation de ces festivités.

  • Combien de citoyens profitent de cette offre de la ville pour organiser une fête des voisins ? Comment est l'évolution des fêtes des voisins depuis son début à Luxembourg-Ville ?
     
  • Contrairement aux années précédentes, la mise à disposition des bancs et des tables est uniquement possible pendant le weekend du 25-27 mai, donc pendant le congé de la Pentecôte, où beaucoup de concitoyens ne sont pas disponibles. Pourquoi cette restriction ?
     
  • Pour profiter de la mise à disposition des bancs et des tables, du matériel promotionnel et du barrage de rue, les organisateurs sont priés à contacter trois services différents. Pour faciliter l'organisation de telles fêtes, ne serait-ce pas possible d'offrir un seul interlocuteur ?
     
  • Sauf erreur de ma part, la communication de la Ville autour de la fête des voisins se limitait à un communiqué de presse. Je me demande si cela suffit pour motiver le grand-public à organiser de telles fêtes et de l'informer de l'offre y relative de la Ville de Luxembourg. Ne serait-ce pas possible d'intensifier la communication ? (Affiches dans les quartiers, médias sociaux...)

RÉPONSE PAR ISABEL WISELER-LIMA

Madame l’échevin Wiseler répond que la fête des voisins remonte à une initiative de l’association luxembourgeoise des solidarités de proximité.
Le weekend de cette fête, des bancs, tables et autres gadgets sont mis gratuitement à la disposition des intéressés.
Il est aussi profité de cette occasion pour faire de la publicité pour la « Rencontre sans Frontières »  dont des informations concernant les produits « fairtrade » sont également fournies aux intéressés.

La Ville ne dispose de statistiques que concernant les personnes qui ont effectivement voulu profiter des tables et bancs gratuits. Pour 2011, il y a eu 30 initiatives, en 2012  40, en 2013  26, en 2014  23, en 2015  34.
Depuis 2016, la fête des voisins s’étend sur 2 weekends, et on a noté pour 2016  5 initiatives le weekend officiel, et 17 le weekend suivant, en 2017 il y a eu 7 initiatives pour le weekend officiel et 27 pour le weekend suivant. En 2018, il y a eu 11 demandes pour le weekend officiel, et 8 autres jusqu’à présent, sachant qu’il est possible de profiter du petit matériel jusqu’au 15 juillet 2018.
Les bancs et tables ne sont fournis que pour un seul weekend, en raison de l’intervention du service qui doit les fournir et enlever, mais le petit matériel est disponible pour toute la période. Le Service Intégration gère les demandes et peut être contacté pour la fourniture de matériel.

Le Service Circulation est à solliciter si une petite rue doit être temporairement fermée. Il s’est avéré qu’il est plus pratique pour les intéressés de contacter directement le service concerné.

Au niveau de la communication, la fête des voisins est annoncée dans différents quotidiens, au « Raider » de la Ville, et une annonce dans les médias sociaux lance un rappel. Il faudra attendre la clôture de l’initiative fixée au 15 juillet, pour analyser quelles modifications ou adaptations pourront être envisagées pour l’édition de 2019.

La fermeture de la passerelle pour piétons et cyclistes sous le Pont Adolphe

QUESTION PAR MAURICE BAUER

Je viens d'apprendre par RTL que la passerelle pour piétons et cyclistes installée sous le Pont Adolphe va être fermée pour 6 semaines à partir du lundi 4 juin. Au vu du grand succès et de la forte fréquentation de la passerelle par les cyclistes et les piétons au quotidien (ainsi que des touristes qui en profitent pour des vues imprenables), je me permets de vous soumettre les questions suivantes :

  • Quelles sont les raisons pour avoir mis un tapis provisoire sachant que la pose du tapis définitif entraînerait une fermeture de plusieurs semaines, moins d'un an après I'inauguration, peu avant les élections communales en septembre 2017?
     
  • Qui a décidé du moment de fermeture au mois de juin ; moment particulièrement mal choisi, puisque le mois de juin est probablement un des mois de I'année avec le plus d'affluence?
     
  • Au vu du grand nombre de piétons qui fréquentent la passerelle et qui prévoit des espaces marqués pour piétons beaucoup trop petits, ne serait-il pas plus opportun de créer sur la passerelle une circulation mixte piétons/cyclistes de type « shared space », permettant une véritable cohabitation entre les deux et qui oblige chacun à prendre égard aux autres utilisateurs, ou sinon toute autre solution qui assure un espace dédié suffisant aux piétons.

RÉPONSE PAR PATRICK GOLDSCHMIDT

M. l’échevin Goldschmidt répond qu’en 2017 la passerelle a été ouverte au public au cours de la semaine de la mobilité, sachant qu’il faudra mettre le tapis définitif plus tard. Un délai de 6 semaines est prévu actuellement pour la fermeture, ceci pour faire non seulement le tapis définitif, mais encore d’autres travaux de finition. Il n’est pas exclu cependant que sous des conditions optimales, les travaux pourront être effectués endéans un délai de 4 semaines. Les travaux ne peuvent pas être exécutés en novembre, alors qu’une température d’au moins 6 degrés est requise pour faire les travaux, ce qui n’est pas garanti à cette saison de l’année. L’Administration des Ponts et Chaussées qui organise ces travaux doit ce faire eu égard à son planning. La Ville est compétente pour la réglementation, et celle-ci a été mise en place en temps opportun.
Le Pont en surface reste ouvert au vélo pendant les travaux.

La Ville a préconisé dès le départ une utilisation mixte de la passerelle qui a une largeur de 4 mètres, dont 3 mètres sont réservés au vélo, de sorte qu’il restent 50 cm de chaque côté pour les piétons, ce qui est impossible à respecter en pratique. La ville va revenir à charge pour proposer cette utilisation mixte après la pose du tapis définitif, nonobstant le fait que le ministère privilège le vélo pour l’utilisation de la passerelle. La Ville est optimiste pour obtenir un usage de la passerelle donnant satisfaction tant aux cyclistes qu’aux piétons, et ceci déjà au bout de 4 semaines de travaux.