Passer au contenu principal
menu

Intérêt de participation au MinettKompost

Question par Linda Gaasch

Dans le journal le « Wort » dans son édition du 11.02.2019, l'intérêt de la Ville de Luxembourg de participer au centre de valorisation de déchets organiques du Sud MinettKompost a été évoqué. Ce concernant, je souhaite poser les questions suivantes au collège échevinal :

  • Quel est l'état des discussions d'adhésion de la VdL à MinettKompost ? Pourquoi cette collaboration est-elle envisagée ?
  • Quelles sont les modalités envisageables pour une éventuelle participation de la VdL à MinettKompost ?
  • A l'heure actuelle, la VdL a des accords avec deux producteurs de biogaz (à Kehlen et Itzig). Quelles sont les modalités de ces contrats ? Dans le cas de la participation de la VdL à MinettKompost, est-ce qu'il est prévu de continuer cette collaboration ou non ?
  • Due à la biométhanisation, les déchets ligneux ne sont à présent pas autorisés dans les bacs bruns. Serait-ce possible dans le futur ? Est-ce que d'autres changements sont prévus ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

Monsieur l’échevin Goldschmidt indique que la question date de février, mais qu’en raison de négociations en cours il ne pouvait y répondre plus tôt. Effectivement, il s’agit d’une volonté de collaboration / participation de la Ville de Luxembourg que celle-ci a essayé d’obtenir au sein de « MinettKompost ».

Lors des accords de coalition, le collège échevinal a réfléchi aux modalités de participation de la Ville de Luxembourg à une fermentation sèche ainsi qu’aux possibilités d’envisager ce type de procédé sur le territoire de la Ville. En effet, le collège échevinal est rapidement arrivé à la conclusion que la Ville de Luxembourg et « MinettKompost » pourraient avoir intérêt à collaborer. Comme de nombreuses communes participent à « MinettKompost », il a fallu analyser les conséquences d’une adhésion à un tel syndicat par une ville aussi grande que Luxembourg-ville. Il semblerait cependant que cette adhésion n’ait que des avantages pour chacun car les coûts peuvent ainsi être davantage partagés, de sorte qu’actuellement, la Ville de Luxembourg, comme les communes qui font déjà partie de « MinettKompost », sont d’accord à ce que la Ville de Luxembourg y adhère. Il s’agit à présent de définir et négocier les modalités de cette adhésion, c’est-à-dire combien il faut payer pour entrer dans le capital et les modalités d’un éventuel droit d’entrée à payer. Cela sera analysé par le collège échevinal dès que les comptes de 2018 seront clôturés.

Pour la Ville de Luxembourg qui dispose actuellement de poubelles « brunes » qui ne peuvent pas accueillir tous les déchets organiques, l’avantage serait de pouvoir recycler davantage de déchets car les installations du « MinettKompost » acceptent tous les déchets organiques, comme par exemple les déchets organiques ligneux. En ce qui concerne les deux conventions actuellement en vigueur conclues par la Ville de Luxembourg en 2014 pour trois années avec tacite reconduction annuelle - notant encore que le syndicat « MinettKompost » doit procéder suite notamment à l’adhésion de la Ville à des investissements supplémentaires pour accroître la capacité de gestion des déchets à accueillir - il s’agira de dénoncer ces conventions dans le respect des conditions contractuelles. Pour le futur, il y a lieu de valoriser davantage les poubelles « brunes » qui présentent un grand avantage pour tous les citoyens de la Ville et qui font l’objet de toujours plus de demandes, dans le but de recycler un maximum.

Pont piétons Cents-Kirchberg

Question par Claudie REYLAND

En 2008, il y a eu approbation du Conseil Communal pour la construction d'un pont piéton et mobilité douce reliant le quartier du Cents avec le quartier Kirchberg et incluant un ascenseur qui relie la rue de Neudorf avec ce pont.
Le dit pont devait passer au-dessus de l'église de la rue de Neudorf ; le pilier dans Iequel se trouverait l'ascenseur était situé dans la cour du Centre Culturel de la rue de Neudorf.
Ensuite, en l'an 2015, un autre projet et un autre emplacement furent présentés, à savoir que le pont passerait au-dessus de l'ancienne « Spillschoul » de la rue de Neudorf avec un pilier incluant un ascenseur serait construit dans la cour de l'ancienne « Spillschoul ».
En 2017, un nième projet est présenté : cette fois il s'agit d'un pont suspendu au-dessus de la vallée du Neudorf, reliant Cents et Kirchberg. Le pont passe au-dessus de la « Spillschoul ». L'ascenseur est situé à hauteur de l'église de la rue de Neudorf.

Dans ce context, je souhaite soumettre les questions suivantes au Collège Echevinal :

  • Où en est ce projet aujourd'hui ?
  • Lequel des différents projets présentés ces dernières années sera finalement favorisé par le Collège Echevinal et pour quelles raisons ?
  • Quand est-ce que le Collège Echevinal compte-t.il représenter ce projet au Conseil Communal ?
  • Pour quand la mise en service de ce pont serait-elle envisagée ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

Monsieur l’échevin Goldschmidt affirme qu'il est heureux que ce projet convienne au parti « Déi Gréng », étant donné que le collège des bourgmestre et échevins a beaucoup travaillé sur celui-ci les derniers mois et qu’il a constaté que dans le quartier du Cents, plus de 80% des habitants sont très enthousiasmés par le projet présenté par le collège échevinal. En effet, il y a lieu d’effectuer encore une partie d’études avant le projet, de sorte qu’avant l’été 2020, le collège des bourgmestre et échevins pourrait être en mesure de présenter le projet au conseil communal. Il est a noter que la volonté du collège échevinal est d’avancer sur ce projet le plus vite possible.

Système de guidage pour les emplacements de parking

Question par Carlo Back

La Ville de Luxembourg dispose de 26 parkings dans l'enceinte de la Ville avec 9743 emplacements. Ces parkings sont disponibles 24hrs sur 24 pour les automobilistes, qui cherchent un emplacement pour stationner leurs voitures. La Ville de Luxembourg a également installé un système de guidage couvrant 19 de ces parking qui permet aux automobilistes de trouver plus facilement un emplacement.
Ce système informe l'automobiliste, en temps réel, sur le nombre d'emplacements de parking disponible dans chaque parking. Cette information est visualisée sur des panneaux d'affichage le long de la voirie publique et sur une App informatique pour les smartphones.
Je me permets de poser les questions suivantes :

  • La Ville de Luxembourg, a-t-elle procédé dans le passé à une évaluation du taux s'occupation des parkings sur le territoire la Ville ?
  • Si oui, est-il possible de disposer de ces évaluations ?
  • Si non, est-ce que la Ville de Luxembourg a l'intention de procéder à une telle évaluation, soit rétroactivement ou prospectivement ? Rétroactivement, si les données journalières affichées en temps réel sont encore disponibles.

Réponse par Patrick Goldschmidt

Monsieur l’échevin Goldschmidt remercie Monsieur le conseiller Back pour son implication dans le sujet automobiles et parking. Il est heureux de pouvoir préciser qu’il y a toujours jusqu’à deux parkings disponibles dans la Ville, au niveau de la ville haute et du quartier de la gare, de sorte que les personnes qui souhaitent faire des achats ou qui doivent consulter un médecin et qui ne peuvent pas utiliser les transports en commun ou le vélo, ont la possibilité de se rendre en ville car des places de parking sont à disposition. Nous avons dans la Ville deux parkings qui, avec comptage ou sans, sont du matin 10h00 jusqu’à 14h00 de l’après-midi constamment complets, à savoir le parking du Knuedler et le parking de la Place du Théâtre. Les chiffres de remplissage de tous les parking évalués par la Ville de Luxembourg sont automatiquement entrés dans le système de guidage pour les emplacements de parking et sont affichés dans celui-ci.

Mis à part le parking du Knuedler, le taux de remplissage moyen sur 24 heures (donc de remplissage nocturne inclus) est toujours inférieur à 60 %. Le parking du Royal-Hamilius est rempli à moins de 20 %.
Lorsque l’on regarde le taux de remplissage sur la plage horaire s’étendant à la journée de 9h00 le matin à 16h00 ou 17h00 l’après-midi, en semaine :

  • le parking du Saint-Esprit est rempli à peine à 88 %,
  • le parking du Knuedler à 94 %, le parking Monterey à 62 %,
  • le parking Royal-Hamilius à 26 %
  • et le parking de la Place du Théâtre à 87 %.

Au niveau de la gare, le taux en journée se situe en temps normal entre 50 % et 80 %, en dehors du parking des Martyrs qui se situe à 85 % en journée. De plus, au niveau du quartier de la gare - comprenant le parking du Fort Neipperg pour lequel plus de 600 places de stationnement s’ajouteront à partir de septembre - ainsi qu’à la périphérie de la gare, la pression au niveau des parking est moindre, de sorte que les personnes peuvent aller faire leurs achats de façon agréable.

La raison d’être du système de guidage pour les emplacements de parking, est de pouvoir montrer aux automobilistes où ils peuvent se garer afin qu’ils n’effectuent pas des tours dans la ville pour trouver une place de parking en surface. La Ville ne dispose pas d’analyses effectuées de manière permanente, mais, lorsqu’ il existe une demande d’évaluation de la part du collège des bourgmestre et échevins pour un certain quartier, le service parking effectue alors une évaluation sur base des données collectées. Le tableau comprenant les chiffres principaux est ensuite transmis à Monsieur le conseiller Back. Finalement, il n’y a dès lors pas besoin d’effectuer une évaluation externe.

Chemin piétonnier pour accéder à la St Georges School à Hamm

Question par Héloïse Bock

Le collège échevinal n'est pas sans savoir que la circulation de voitures aux abords de la St Georges School à Hamm, et en particulier dans la rue des Peupliers, est régulièrement intense, voire chaotique par moments.
Pour diminuer le trafic automobile dans la rue des Peupliers, des habitants de Hamm préconisent l'aménagement d'un simple chemin piétonnier, recouvert de gravier, qui partirait du parking près du hall sportif et longerait le terrain de football jusqu'à l'école en question, sur une longueur totale d'une centaine de mètres.

Dans ce contexte, j'aimerais poser les questions suivantes :

  • La collège échevinal est-il disposé à étudier la faisabilité de l'aménagement d'un tel chemin piétonnier ?
  • Dans l'hypothèse où un tel chemin ne pourrait pas être réalisé, quelles en sont les raisons ?
  • Dans l'hypothèse d'une réponse positive, dans quel délai ce chemin pourrait-il être aménagé ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

L’échevin Goldschmidt clarifie que l’accès qui est demandé n’est pas au niveau de la rue des Peupliers, mais du côté du Val de Hamm, au niveau de l’école.
En théorie, il serait possible que le Service Voirie vérifie la faisabilité d’un tel aménagement, mais actuellement, le Service Sports et le Service Circulation sont en train d’élaborer un projet d’étude relatif à l’organisation de la circulation aux abords du futur complexe sportif 
« Centre sportif de Hamm » (pour le football et la ligue d’athlétisme) comprenant également l’accès à la St Georges International School.
Monsieur l’échevin Goldschmidt est d’avis que, si l’on effectue une telle étude dans un an et que le chemin est macadamisé, cela ne serait pas une solution durable et intelligente. De surcroît, si un tel accès était mis en place, tous les parents venant de l’extérieur en voiture circuleraient au niveau de l’école pour y déposer leur enfant et passeraient par la rue des Peupliers, de sorte que le
collège échevinal est quelque peu sceptique par rapport à cette solution. Neanmoins, le Service Voirie peut toutefois analyser ladite proposition.

Reclassement de la rue Jules Fischer et du boulevard Kaltreis en zone 30

Question par François Benoy

En janvier 2016, une pétition citoyenne pour le reclassement de la rue Jules Fischer et Ie boulevard Kaltreis en zone 30 vous a été remise. Dans votre réponse aux
pétitionnaires du 1 juin 2017, vous faites part de l'accord du Collège échevinal d'instaurer cette limitation de vitesse.
Dans l'attente de la réalisation, les habitants vous ont recontacté en mars 2018 pour apprendre dans votre lettre du 16 novembre 2018 que le projet a finalement été suspendu. Le Collège échevinal ayant constaté que le gabarit des rues était trop généreux, un bureau d'études a été chargé pour développer un nouveau concept d'apaisement de la circulation.
Compte tenu de cette situation, je souhaite, soumettre les questions suivantes au Collège échevinal :

  • Quand et avec quelle mission avez-vous chargé un bureau d'étude ? Est-ce que cette étude / ce concept est entretemps disponible ? Quelles en sont les recommandations ? Quelles conclusions est-ce que le Collège échevinal retient? 
  • Quels réaménagements et limitations de vitesse pour la rue Jules Fischer et le boulevard Kaltreis et alentours sont finalement planifiés et avec quels délais ?
  • Lors des débats budgétaires en décembre 2018, l'échevin à la mobilité a annoncé l'élaboration d'un nouveau plan de mobilité général pour la Ville.
  • Quel est l'objet de ce nouveau plan et quand est-ce que le Collège échevinal compte le présenter ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

Monsieur l’échevin Goldschmidt confirme que le collège échevinal a écrit aux riverains des rues concernées et qu’il a déjà été répondu que comme le boulevard Kaltreis est une très longue route, il est très difficile d’y limiter la vitesse à 30 km/h car lorsqu’on le met en place sur un long tronçon, la limitation de vitesse n’est pas respectée. Un bureau d’études a en effet été chargé pour envisager une limitation de vitesse à 30 km /h ponctuelle à différents endroits. Cependant, le collège échevinal n’a pas encore vu cette étude qui est en train d’être finalisée. Il espère que le collège échevinal recevra encore cette étude ce mois-ci afin de l’analyser et que les travaux pourront débuter aussi vite que possible.

Précisément, deux endroits sont concernés par cette éventuelle limitation, à savoir le tronçon se situant au niveau de l’école Nic Martha, ainsi que l’aire de jeu du boulevard Kaltreis, donc deux tronçons précis avec limitation de vitesse à 30 km /h (et non sur l’ensemble du boulevard), ainsi que différentes adaptations mineures, surtout au niveau du marquage pour rendre visible la limitation et pour obliger les automobilistes à circuler plus lentement.

Pour ce qui concerne le plan de mobilité général pour la Ville, le collège échevinal a précisé pas plus tard que la semaine passée que ce dernier serait heureux de recevoir le projet avant la fin de l’année en cours, afin de voir quelles rues peuvent recevoir un apaisement de la circulation, d’envisager toutes les mesures d’amélioration, non seulement pour les cyclistes, mais aussi pour les piétons, pour les usagers des bus, et de manière générale, pour toutes les personnes se déplaçant en ville, pour voir encore ce qu’il est possible de changer / améliorer, avec l’aide de conseillers externes.

Travaux de terrassement par la firme Sopinor sur un terrain situé entre la route d’Arlon et le Val Sainte Croix

Question par Tom Krieps

Le terrain situé entre la route d'Arlon et le Val Ste Croix a été acquis du propriétaire Colabor qui y entretenait une activité de maraîcher. Ce terrain en question semble être, à l'heute actuelle, utilisé par la firme Sopinor pour les besoins du chantier du tram. Dans ce cadre, la société Sopinor a effectué des travaux de terrassement d'une grande envergure, ce qui n'est pas sans inquiéter les riverains du Val Ste Croix. Tout d'abord, l'utilisation d'engins lourds de chantier a provoqué des vibrations importantes.
Malheureusement aucun état des lieux n'a été fait avant le début des travaux.

  • Quid des dommages déjà causés mais qui se heurteront, le cas échéant, à l'argument qu'ils ont anciens ?

Comme chacun sait, le Val Ste Croix est en situation précaire en ce qui concerne l'évacuation des eaux provenant du ruissellement d'eaux de surface des pentes de la route d'Arlon enrte autres.

  • A-t-on pris la mesure de ce risque en procédant aux travaux de terrassement récents ?
  • Est-ce que le talus artificiel élevé en bas de pente et à la limite des parcelles est-il supposé servir de rempart à ces ruissellements ?

Réponse par LYDIE POLFER

Madame le Bourgmestre-président précise qu’il y sera répondu par écrit car une réunion s’est tenue à ce sujet il y a quelques jours et les conclusions en sont attendues pour fournir les données exactes.

Commerces de la Ville de Luxembourg

Question par Elisabeth Margue

Je me permets de vous adresser la présente suite aux affirmations de Monsieur le Président de l'Union Commerciale de la Ville de Luxembourg Guill Kaempf en date du 9 avril lors d'une interview avec la radio RTL concernant les commerces au centre de la Ville de Luxembourg.
Lors de la prédite interview, le Président de l'Union Commerciale de la Ville de Luxembourg se montrait confiant que arrivée de l'enseigne « Galeries LaFayette » allait être bénéfique pour les commerces au centre-ville. Il a cependant également fait état des difficultés rencontrées par les commerçants liées à des problèrnes d'accessibilité et à la concurrence des plateformes en ligne.
Dans ce contexte, je me permets de soumettre les questions suivantes au Conseil échevinal :

  • Quelles mesures sont mises en oeuvre respectivement envisagées par la Ville de Luxembourg afin de supporter davantage les commerçants ?
  • Quel bilan la Ville de Luxembourg tire-t-elle des premières expériences faites par les commerçants suite à la mise en ligne de la plateforme « Letzshop » ?
  • Qu'en est-il du cadastre commercial qu'il a été prévu d'établir aux termes de la déclaration échevinale ?
  • La Ville de Luxembourg envisage-t-elle d'effectuer un comptage des piétons au centre-ville afin de déterminer quels sont les flux piétonniers ?

Réponse par Serge Wilmes

Monsieur le premier échevin Wilmes répond que le collège échevinal remplit en tout état de cause ses devoirs par rapport à la question des commerces. Le conseil communal a justement décidé lors d'une séance récente d'étendre et de renforcer la Cellule développement économique et commercial par l’embauche d’une deuxième personne dans le but de rassembler encore plus de données pour pouvoir se faire une idée plus concrète et objective de la situation des commerces, par le biais de collectes d'informations fiables.

Le projet du cadastre commercial  qui a permis de donner un aperçu général de la situation grâce à la collecte des données de toutes les boutiques, restaurants, cafés ou de tout autre établissement se rapportant au commerce en general a été mis en place pour la première fois l'année dernière - ce avec l’aide d’étudiants.
Ces démarches ont également été menées cette année en vue de mettre les données collectées à jour et ce de la manière la plus professionnelle possible. De plus, un deuxième projet concernant la question du flux piétonnier effectué grâce aux antennes Wifi sera prochainement mis en place. Seulement, des détails techniques doivent d'abord être réglés dans certaines rues définies précisément.
Le prédit projet, qui sera présenté plus en détail à une date ultérieure, permettra d'avoir une vue d'ensemble plus précise de la situation en offrant ainsi la possibilité de prendre des mesures ciblées.
Il existe encore d'autres mesures qu’il y aurait lieu de discuter au sein de la Commission du développement urbain et économique dans un premier temps afin d'établir un plan d'action cohérent. Monsieur Wilmes
cite à ce propos les projets
« Art on the streets » et « Fresh Windows » où sont exposées des œuvres artistiques dans les vitrines de boutiques non occupées, ainsi que les manifestations sur la place du Théâtre.

Pour ce qui est de la plateforme Letzshop, dont la Ville de Luxembourg et l'Etat sont partenaires, celle-ci est en ligne depuis septembre 2018 et 250 commerçants établis dans tout le pays qui  proposent quelques 300.000 produits y sont inscrits. Il s’agit d’une vitrine en ligne visitée par 256.000 personnes à ce jour et ces mêmes personnes ne se contentent souvent pas uniquement de visiter le site, mais se rendent ensuite physiquement dans la boutique. Pour conclure, le projet n'ayant été mis en place que depuis un an, il faudra qu'un certain temps s’écoule avant de tirer des conclusions approfondies quant à l'évolution de ladite plateforme.

Design des nouvelles fontaines à eau portant à confusion

Question par Joël Delvaux

Le design des nouvelles fontaines d'eau semblent porter à confusion auprès des citoyens, notamment pour ce qui est de la fontaine d'eau dans la Grand-Rue qui à été convertie par mégarde en poubelle, car les citoyens la remplissent de détritus en tous genres. Compte tenu de cette problématique, je voudrais poser la question suivante :

  • Qu'est il prévu pour remédier à ce problème afin que la fontaine puisse à nouveau être utilisée suivant sa finalité ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

Parmi les 26 fontaines de ce design, choisi en 2012, 2 posent en effet ce problème, dont notamment celle située dans la Grand-Rue, dans laquelle on retrouve en permanence des déchets et que les services de l’eau vont nettoyer trois fois par semaine et désinfecter comme vider en permanence.
Monsieur l’échevin Goldschmidt est cependant d’avis qu’il est suffisamment indiqué qu’il s’agit d’une fontaine à eau et qu’il s’agit de pures incivilités de la part des citoyens qui y déposent des déchets ou y éteignent leur cigarette. Toujours est-il, que le collège échevinal réfléchit tout de même actuellement à une solution qui consisterait à retirer ces fontaines à eau pour en mettre de nouvelles ou bien même ne plus en mettre du tout aux endroits qui posent problème.

Contacter
le service

Coordonnées

Hôtel de Ville

42, place Guillaume II
2090 Luxembourg

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi

de 8h à 12h
et de 13h30 à 18h

Du lundi au vendredi (pendant les vacances scolaires)

de 8h à 12h
et de 13h30 à 17h