Passer au contenu principal
menu

Déchets sur la place Guillaume suite à la manifestation des « Fridays for future »

Question par Tom Krieps

J'aimerais vous saisir d'une question de conseiller sur la manifestation récente des « Fridays for future » dont l'apothéose s'est tenue à la Place Guillaume.
Si la manifestation s'est déroulée dans le calme et la bonne humeur, une polémique est cependant née à la suite de rumeurs malveillantes selon lesquelles les jeunes auraient délaissé la Place dans un mauvais état.
Une des affirmations était qu'elle était recouverte d'un grand nombre de bouteilles en plastique.

  • Est-ce que la Ville et ses services compétents peuvent confirmer que la Place était dans un état tout à fait satisfaisant après la présence de milliers de manifestants ?
  • Est-ce que le Service Hygiène a eu un supplément de travail pour remettre la place en état ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

M. l’échevin Goldschmidt le remercie pour cette question qui permettra à la Ville de corriger les fausses informations qui circulent à propos du comportement des jeunes lors de la manifestation des « Fridays for future » ; informations également véhiculées par la presse. Il confirme que les jeunes présents par milliers sur la Place Guillaume se sont comportés de manière très civilisée et qu'ils n'y avaient pas laissé traîner de déchets. Il rajoute que le Service Hygiène de la Ville n'a pas eu à intervenir spécialement après le passage des manifestants sur la place ou sur tout leur parcours. Si à l'un ou l'autre endroit quelques déchets ont été constatés, au vu du nombre de manifestants, il peut certifier que 99,99 % ont eu un comportement exemplaire et il les en remercie.

Vidéosurveillance dans le quartier de Bonnevoie

Question par Maurice Bauer

Par courrier du 20 mars, vous avez informé les membres du Comité de prévention communal que « le Ministre de la Sécurité intérieure, faisant suite à notre avis, a désigné une portion du territoire de la Gare (extension Zone C) et de la passerelle pour cyclistes sous le Pont Adolphe, comme zones de sécurité. Par ailleurs, il a marqué son accord à l'exploitation du système de vidéo protection dans les zones désignées. »
Cette décision est une excellente nouvelle pour les habitants de la Gare et plus particulièrement des zones avoisinantes des écoles fondamentales et elle répond à une demande urgente quasi unanime des habitants de la Gare.
Or, dans sa réunion du 27 novembre 2018, au cours de laquelle le Comité de prévention communal a analysé et approuvé cette extension dans le quartier de la Gare (zone C) le Comité s'est également prononcé unanimement (à I'exception du représentant du parti « dei Gréng ») en faveur d'une extension de la vidéosurveillance au quartier de Bonnevoie. Il s'agit d'une décision du Comité qui vise avant tout à alléger le quotidien des habitants du quartier résidentiel de Bonnevoie, puisque les problèmes au sein du quartier subsistent malgré la mise en oeuvre d'une panoplie de mesures alternatives à la vidéosurveillance.
Cette extension au quartier de Bonnevoie a d"ailleurs été annoncée par le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Sécurité intérieure, moins de 6 mois avant les élections législatives, lors d'une réunion publique concernant l'extension de la vidéosurveillance plus généralisée dans le quartier de la Gare le 30 mai 2018. Il l'a d'ailleurs confirmé dans sa réponse à la question parlementaire numéro 3919 de Madame Claudine Konsbrück du 9 juillet 2018 portant sur les rues concernées par cette première vague d'extension. Le Ministre a répondu : « Par ailleurs, on peut mentionner que d'autres zones de sécurité, en dehors de la Gare, sont prévues sur la passerelle de vélos sous le Pont Adolphe ainsi qu'à Bonnevoie. »

  • Est-ce qu'il est possible de rappeler les rues qui font partie de l'extension annoncée de la zone C au niveau de la Gare ?
  • Est-ce qu'il est possible de rappeler les rues qui ont été identifiées à Bonnevoie et pour Iesquelles le Comité de prévention communal a demandé une extension qui n'a pas été réalisée ?
  • Est-ce que vous avez été informés des raisons pourquoi le nouveau Ministre de la Sécurité intérieure n'a pas procédé à I"extension de la vidéosurveillance au quartier de Bonnevoie, malgré les engagements de son prédécesseur et les demandes insistantes des habitants du quartier de Bonnevoie ?
  • Vu la quasi-unanimité au sein du Comité de prévention communal et le mécontentement justifié des habitants de Bonnevoie, est-ce que le collège échevinal ne devrait pas demander au Ministre de revenir sur sa décision et, conformément aux engagements de son prédécesseur, procéder à I'extension de la vidéosurveillance au quartier de Bonnevoie ?

Réponse par LYDIE POLFER

Mme le Bourgmestre-président affirme qu'elle est en premier lieu satisfaite que l'extension de la vidéosurveillance au quartier de la Gare ait été décidée pour le parvis de la Gare, la Place de la Gare, la rue de Strasbourg (entre la rue Wilson et l'avenue de la Liberté), la rue du Commerce (entre la rue de Strasbourg et la rue du Fort Wedell), la rue du Fort Wedell, la Place de Strasbourg, la rue Glesener, la rue 1900, la rue Adolphe Fischer (entre la rue d'Anvers et la rue de Hollerich), la rue André Duchscher, la rue d'Anvers (entre la Place de Paris et la rue des Etats-Unis), la rue Wilson et la rue des Etats-Unis.

Il s'agit d'une avancée positive surtout depuis qu'il est unanimement admis que cette extension est d'une importance majeure et qu'elle a d'ailleurs été demandée par la plus grande partie des personnes présentes lors de la réunion publique qui s'est déroulée au quartier de la Gare.

Concernant le quartier de Bonnevoie, des plans précis qui indiquaient de quelle manière la vidéosurveillance serait étendue ont été présentés lors de la réunion sur place : aux alentours de la place Léon XIII, la rue de Bonnevoie, la rue du Cimetière, la rue des Ardennes, la rue Sigismond, la rue de Hesperange, la rue du Dernier Sol, ce afin de former un triangle autour du Centre culturel de Bonnevoie. Cette nécessité est accentuée par le fait que les habitants de cette partie du quartier envoient quotidiennement à la Ville des plaintes sur leurs conditions de vie insoutenables. Le plan présenté est toujours d'actualité.

En outre, M. le Ministre Bausch n'a pas opposé de refus à l'extension de la vidéosurveillance au quartier de Bonnevoie seulement, il souhaite au préalable faire une analyse sur les effets et les conséquences de l'extension dans le quartier de la Gare. Si Mme le Bourgmestre-président approuve en principe cette manière de procéder lors du processus décisionnel, force est de constater que la Ville maintient son avis que la situation actuelle dans le quartier de Bonnevoie justifie pleinement qu'une extension soit immédiatement approuvée, ce qui a été à nouveau souligné lors de la réunion du collège échevinal avec M. le Ministre Bausch en date du 15 janvier 2019. La nécessité de l'extension ne fait pas de doute au vu des photographies et des vidéos envoyées régulièrement à la Ville.
Enfin, comme la situation dans cette partie du quartier s'explique par une  concentration de services sociaux qui ne facilite pas la vie des habitants, le Ministre n'a donc pas opposé de refus mais a reporté sa prise de décision. Mme le Bourgmestre-président reste cependant confiante qu'une réponse positive parviendra bientôt.

Distribution de cartes d'accès au centre de recyclage

Question par Maurice Bauer

Depuis une semaine, le centre de recyclage invite les visiteurs à solliciter une carte d'accès qui sera exigée à I'avenir pour pouvoir se rendre sur site. La carte est délivrée immédiatement et sur place après le remplissage d'un formulaire et acceptation des conditions générales.

Se posent donc les questions suivantes :

  • Qui est aujourd'hui autorisé à accéder au centre de recyclage ? Uniquement des personnes privées ou également des professionnels ?
  • Est-ce qu'il est prévu de restreindre I'accès aux seuls bénéficiaires d'une carte d"accès ?
  • Qui peut bénéficier d'une telle carte d'accès ? Uniquement des personnes privées habitants des communes de Luxembourg et de Strassen ou également des professionnels ?
  • À partir de quand la carte d'accès sera exigée pour permettre l'accès sur le site ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

M. l'échevin Goldschmidt répondant qu'actuellement l'accès au centre de recyclage est ouvert à chaque habitant des communes de Luxembourg et de Strassen, que ce soit avec ou sans carte d'accès et depuis l'année 2014 les entreprises établies sur ces deux communes peuvent également y accéder moyennant une carte d'accès.
À terme, l'accès au centre de recyclage ne pourra être effectué qu'au seul moyen de la carte. Ainsi, dans cette optique les personnes se rendant au centre de recyclage sont invitées à remplir le formulaire en vue de l'obtention de la carte d'accès.

Cette carte est nominative et donc attribuée, non par véhicule, mais par personne à la condition qu'elle soit majeure.

Une date butoir à partir de laquelle l'accès au centre de recyclage ne se fera exclusivement que par carte n'a néanmoins pas encore été fixée. Dès lors, lorsque la Ville estimera que la plupart des personnes seront en possession de la carte, l'accès ne se fera plus que par ce moyen.
Dernièrement, il souligne que la récolte des données personnelles au moyen du formulaire se fait conformément à la législation en Vigueur.

Réouverture préconisée de la rue des Celtes de et vers Leudelange

Question par Héloïse Bock

En date du 11 mars 2019, le Syndicat d'intérêts locaux de Belair-Merl a adressé au collège des bourgmestre et échevins une demande d'entrevue pour faire part de son inquiétude coricernant le projet de l'Etat, apparemment défini comme urgent, visant la substitution d'un des deux passages à niveau de la rue des Celtes par la construction d'un passage inférieur sous forme de voirie pour véhicules motorisés, ainsi que d'un trottoir et d'une piste pour piétons et cyclistes. D'après les
informations recueillies, il ne serait de surcroît pas envisagé de réaliser une piste cyclable en bonne et due forme, mais un simple marquage au sol non sécurisé.

Il convient de rappeler dans ce contexte que ce passage à niveau est fermé depuis 2012 et qu'il existe plusieurs alternatives pour les automobilistes souhaitant circuler entre Leudelange et la Ville. Il convient également de rappeler, en outre, la demande pressante de la Ville à l'adresse de l'Etat pour la construction du boulevard de Cessange/Merl, censé réduire la circulation de transit dans les quartiers résidentiels à I'ouest de la Ville, cette « arlésienne » qui figure dans les déclarations échevinales depuis nombre d'années.

Dans sa lettre, le SIL Belair-Merl (Syndicat d'intérêts locaux de Belair-Merl) avait avancé une série d'arguments pertinents, plaidant pour que cette réouverture, dans un quartier résidentiel, soit strictement limitée à la mobilité douce.

En effet, la circulation dans la rue de Merl est d'une intensité extrême. Le croisement des deux rues risque d'être non seulement encombré mais également dangereux vu la densité de circulation que cela engendrerait. De plus, la rue des Celtes débouche dans cette rue au niveau de l'école fondamentale très fréquentée, et à quelque 300 mètres se trouve un foyer que les élèves doivent d'ores et déjà rejoindre en bus en raison du danger que représente la circulation automobile à ce niveau.

Dans ce contexte, j'aimerais poser les questions suivantes :

  • L'entrevue demandée par le SIL Belair-Merl a-t-elle eu lieu ?
  • Si oui, quelles en sont les conclusions ?
  • Le collège échevinal est-il disposé à intervenir auprès de l'Etat pour faire valoir les arguments avancés par le SIL et plaider pour la limitation à la mobilité douce du passage souterrain préconisé dans la rue des Celtes ?
  • Au cas où une telle limitation était acceptée, ne faudrait-il pas envisager de faire un pas de plus en transformant la rue des Celtes en « Spillstrooss » munie d'une piste cyclable sécurisée permettant aux cyclistes, adultes et enfants, de circuler en toute sécurité ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

M. l'échevin Goldschmidt confirme que le Syndicat d'intérêts locaux de Belair-Merl a envoyé en date du 11 mars 2019 un courrier faisant état de toute la problématique et de tous les arguments justifiant à leurs yeux la fermeture de la rue des Celtes. Toujours est-il que, même si dans le prédit courrier une entrevue n'a pas été expressément demandée, il rappelle que le collège échevinal organise chaque année au moins une entrevue avec chaque Syndicat d'intérêts locaux. Ainsi, au mois de janvier 2018 a eu lieu une entrevue lors de laquelle la problématique de la rue des Celtes a été discutée avec le SIL de Belair-Merl et où le collège échevinal a indiqué qu'il tenterait de garder la rue fermée, ce en se référant également à la question parlementaire présentée à la Chambre des députés en 2017. Actuellement l'Etat n'a pu débuter les travaux nécessaires à Leudelange que récemment, du fait que les procédures judiciaires, concernant les expropriations pour utilité publique projetées par l'Etat, n'aient abouti que l'année dernière. Il serait donc théoriquement possible de rouvrir la rue des Celtes, ce au vu de la hiérarchie des routes dans laquelle elle se situe. Cependant, la Ville est plutôt d'avis que la réouverture de la rue des Celtes n'est pas justifiée, ce qui sera discuté avec le Ministre lors de leur prochaine entrevue. La Ville estime que la fermeture de la rue des Celtes, n'ayant pas entraîné de grands problèmes au niveau de la circulation, rien ne s'oppose à sa fermeture definitive. Seuls quelques habitants et fermiers devraient faire un léger détour par la rue du Bouillon.

Toutefois, il rappelle que la réouverture ou le maintien de la fermeture de la rue des Celtes n'entre pas dans la compétence de la Ville, mais revient au Ministère. Il confirme néanmoins que la Ville demandera au Ministre de reconsidérer sa décision de rouvrir la rue des Celtes aux véhicules motorisés.