Passer au contenu principal
menu

Personnes vulnérables et télétravail

Question par Roy Reding

Une personne vulnérable au sens des dispositions relatives à la pandémie du Covid-19 m’a informé que la Ville aurait refusé à son mari de faire du télétravail. Les deux personnes travaillent dans l’enseignement. Une personne qui vit avec une personne vulnérable pouvait introduire la demande de faire du télétravail. Un refus a été adressé au ménage en question par la responsable du Département Prévention-Santé-Diversité de la Ville.

  • Pourquoi la Ville n’observe-t-elle pas les règles relatives à la protection des personnes vulnérables ?
  • Pourquoi la décision en question a-t-elle été prise par un employé de la Ville sans qualifications médicales et non par le Service Enseignement ou le médecin scolaire ?
  • L’employé en question dispose-t-il d’une délégation de signature du bourgmestre ?
  • Comment se présente la situation au niveau de la responsabilité en cas de non-protection d’une personne vulnérable par l’administration communale ?

Réponse par Colette Mart et Lydie Polfer

La dame concernée est institutrice, donc fonctionnaire de l’Etat, alors que son conjoint travaille dans un foyer scolaire de la Ville de Luxembourg. La Ville a élaboré des consignes pour les membres du personnel qui vivent ensemble avec une personne vulnérable. Il s’agissait de trouver un équilibre entre le service aux citoyens et les contraintes imposées par la lutte contre la pandémie. De nombreux membres du personnel de la Ville bénéficiaient d’une dispense ou travaillaient sous forme de télétravail pendant le confinement.

Il y a peu de possibilités de télétravail au niveau des foyers scolaires. L’agent en question bénéficiait d’une dispense jusqu’au 25 mai, date de la réouverture des écoles fondamentales et des foyers scolaires.

Les décisions afférentes ne sont pas prises par le médecin scolaire, qui faisait partie de la cellule de crise, mais par la Direction Ressources humaines (DRH) selon les consignes du gouvernement et les procédures fixées par le collège échevinal. Le Département Prévention-Santé-Diversité de la DRH est en contact avec le médecin du travail, qui est compétent en la matière.
Le collège échevinal a décidé que les personnes concernées étaient libérées temporairement de leur travail d’encadrement des enfants, mais non de leur présence dans le foyer scolaire. Elles ont, par exemple, préparé le matériel, désinfecté les jouets et surveillé les flux des enfants dans la cour de récréation. Les personnes concernées se sont fait conseiller par leur médecin concernant les règles à suivre au niveau sanitaire.

Il ne s’agit pas du seul cas de ce genre. La Ville a essayé de traiter tous les cas similaires de manière équitable et avec la sensibilité requise. 

Réaménagement de la place de la Constitution

Question par Claudine Konsbruck

Les responsables de la Ville ont annoncé récemment que la Ville de Luxembourg et I'État prévoyaient un réaménagement et une revalorisation de la place de la Constitution et de ses alentours.
Il faut se féliciter de ces intentions alors qu'il s'agit d'un site exceptionnel et unique au centre de la ville qui mérite mieux que de servir comme simple emplacement pour voitures.
Les autorités veulent en faire un lieu convivial sans voitures pour permettre un usage multifonctionnel du site. Il est prévu d'y installer notamment un pavillon d'accueil touristique, un espace de vente de tickets, un stand de petite restauration, un accès aux casemates via un nouvel ascenseur, etc.

La place de la Constitution est également utilisée comme place d'arrêt pour de nombreux bus touristiques et autres engins qui y recueillent ou déversent chaque jour de nombreux visiteurs. Les arrivées et départs de ces bus ralentissent souvent le flux de voitures au centre-ville.

  • Quel est le calendrier prévisible pour le réaménagement de la place de la Constitution ?
  • Quels sont les détails exacts du réaménagement ?
  • Quelle solution est envisagée pour les bus de touristes, les bus HopOn- HopOff et le petit train touristique qui s'arrêtent actuellement à cet endroit?

Réponse par Lydie Polfer

La place appartient à l’Etat et un groupe de travail a été créé avec des représentants de l’Etat et de la Ville de Luxembourg. Le lancement du concours d’idées prévu pour mars 2020 a dû être reporté à l’automne 2020 en raison de la crise du Covid-19.

Les arrêts pour bus touristiques ont déjà été déplacés vers le boulevard de la Pétrusse et les bus ne peuvent plus accéder à la Place de la Constitution. L’arrêt du petit train touristique a été déplacé vers la Montée de Clausen. De plus, les stations-taxis seront déplacés de la rue Notre-Dame vers la rue Willy Goergen ainsi que vers la place de la Constitution (en attendant le réaménagement de la place). Cela permettra la mise en place de terrasses dans la rue Notre-Dame. La place de la Constitution sera fermée à la circulation motorisée après la fin des travaux d’extension du Parking Knuedler.

Le réaménagement de la place comprendra notamment l’entrée des Casemates ainsi qu’un ascenseur (le long de la falaise ou à l’intérieur) vers la Vallée de la Pétrusse.

Logement social et Service Logement

Question par Guy Foetz

Me référant à ma question du 7 octobre sur le logement social et le service logement, je constate que plusieurs éléments sont restés sans réponse concluante en date du 16 décembre. Vu I'urgence de la situation du logement sur le territoire de la ville de Luxembourg et de la crise du logement en général sur le territoire national, je réitère ma question au sujet de ces éléments :

  • Quel est le temps d'attente moyen à Luxembourg-Ville pour accéder à un logement social ?
  • En dehors de la coopération avec d'autres organisations et le renvoi à l'office social, quelle aide la Ville apporte-t-elle aux demandeurs d'un logement social en attendant de pouvoir satisfaire leur demande ?
  • Est-ce que la Ville de Luxembourg dispose d'un inventaire des logements vides sur son territoire ?

Réponse par Maurice Bauer

Il y a actuellement environ 550 demandes en suspens. Les critères prennent en compte les situations des familles et l’urgence du dossier. Cependant, il est difficile d’indiquer le temps d’attente moyen, mais on peut compter environ 3 à 4 ans d’attente pour les cas non urgents.

La Ville investit beaucoup dans la création de logements abordables et de logements sociaux et elle coopère également avec d’autres acteurs.

Il est à craindre que la liste de demandes augmentera encore, c'est pourquoi, elle oriente les demandeurs notamment vers le Fonds du logement, la SNHBM, l’agence immobilière sociale et la Wunnéngshëllef, et elle contacte l’Office social dans les cas où cela s’avère utile.

Pour finir, la Ville ne dispose pas d’un inventaire des logements vides car un tel inventaire serait contraire à la protection des données.

Parking souterrain du « Tramsschapp »

Question par Carlo Back

Dans le cadre de la discussion récente sur la piste cyclable du Limpertsberg et du manque d'emplacements de parking pour voitures dans ce quartier, je souhaite poser des questions au collège échevinal concernant le parking situé en dessous de l'ancien «Tramsschapp » au Limpertsberg. Ce parking a été construit il y a environ 20 ans, notamment dans le but d'offrir un parking aux enseignants des écoles du Limpertsberg. Ce parking n'est actuellement pas inclus dans le système de guidage pour les emplacements de parking sur le territoire de la Ville de Luxembourg.

Je me permets de poser les questions suivantes au Collège Echevinal:

  • Quel est le nombre total de parkings disponibles au parking « Aalen Tramsschap » au quartier Limpertsberg ?
  • Quel est le nombre de parkings achetés par de personnes privées vivant dans le quartier ?
  • Quel est le nombre de parkings loués à des personnes privées vivant dans le quartier ou enseignants dans une des écoles du Limpertsberg ?
  • Quel est le taux d'utilisation de ce parking courte durée ?
  • Quels sont les prix d'acquisition respectivement de location actuellement en vigueur ?

Réponse par Patrick Goldschmidt

Le parking « Tramsschapp » compte 302 emplacements de stationnement, dont 8 places pour personnes à mobilité réduite. La Ville propose une location à long terme (30, 20, 10 ou 5 ans) pour les personnes qui habitent dans un périmètre de 300 mètres autour du parking souterrain.

  • 10 personnes utilisent cette possibilité à l’heure actuelle.
  • 15 emplacements sont loués à des personnes privées qui habitent dans un périmètre de 300 mètres (7 abonnements annuels, 1 abonnement semestriel et 7 abonnements mensuels).
  • 23 emplacements sont loués à des enseignants (abonnements trimestriels, valables du lundi au vendredi de 7 heures à 19 heures).

Le taux d’occupation moyen est de :

  • 16,6%, soit 42 voitures du lundi au dimanche (sur 24 heures).
  • 9,8%, soit 25 voitures, entre 8 et 17 heures
  • 47,2% (soit 120 voitures) entre 17 et 21 heures.
  • Le maximum est atteint entre 19 et 20 heures avec 64,5% (soit 164 voitures).

Au moins 35,5% des emplacements du parking « Tramsschapp » restent donc disponibles pour les personnes qui souhaiteraient y louer un emplacement. Cela constitue une possibilité intéressante pour les habitants qui ne disposent pas d’un garage privé.
Les tarifs de location longue durée varient entre 8.379 euros pour 5 ans et 50.278 euros pour 30 ans. Un abonnement annuel coûte 1.933 euros, un abonnement semestriel 1.017,40 euros, un abonnement mensuel 172,96 euros. L’abonnement trimestriel pour les enseignants s’élève à 228,91 euros, soit 76,90 euros par mois.

Marché bihebdomadaire sur la Place Guillaume II

Question par Cathy Fayot

Le marché bihebdomadaire au Knuedler est encore en mode hiver et un nombre réduit de stands proposent leurs produits.
Cependant, et depuis quelques années, on peut remarquer que de plus en plus de stands ne reviennent plus au printemps et que le marché se désertifie lentement mais sûrement, dû au manque de clients et pour d'autres raison peut-être encore.
C'est un constat que le Maartverband a également fait lors de son assemblée générale du dimanche 8 mars 2020.
Cette constatation m'amène à poser les questions suivantes à Madame la Bourgmestre :

  • Est-ce que la Ville souhaite garder un marché bihebdomadaire en Centre-Ville et dans le Quartier de la Gare ? Et peut-être dans d'autres quartiers ?
  • Comment la Ville compte redynamiser le marché et attirer les clients?
  • Est-ce que les horaires sont toujours adaptés à la demande des clients ? (Un marché uniquement le samedi avec des heures d'ouverture du matin et jusqu'à 15-16 h dans I'après-midi ?)
  • Est-ce qu'une démarche active du côté de la Ville est prévue pour attirer de nouveaux marchands avec de nouveaux produits et ainsi diversifier l'offre ?
  • Quelle est la politique en ce qui concerne les placements des différents stands sur le marché ?
  • Comment est organisé le stationnement des camions et camionnettes des marchands afin de leur permettre un réapprovisionnement optimal de leurs stands?
  • Quels sont les tarifs appliqués ? (Standgeld)

Au cours de l'année, de nombreux autres événements ont lieu au Knuedler et un chantier important pour la remise en état de la place est prévu à partir de septembre 2020.

  • Est-ce qu'un site alternatif est prévu pour accueillir les marchés du mercredi et samedi pendant Ia période du chantier et lors des autres événements (p.ex. Märtchen - marché de Noël)
  • Si oui, quel est ce site ? Permet-il un accès facile pour les marchands et les clients ?

Réponse par Patrick Goldschmidt et Lydie Polfer

Cette question a été posée avant le confinement lié à la pandémie du Covid-19 et la situation a changé depuis. Deux marchés sont actifs, l’un sur la place Guillaume II, l’autre sur la place Léon XIII à Bonnevoie. Il n’y a actuellement pas de marché sur la place de Paris en raison du chantier de longue durée.

Le collège échevinal souhaite optimiser les marchés existants avant d’en organiser d’autres, sachant qu’un projet-pilote d’un marché au Kirchberg a été arrêté en raison du manque de clients. Par ailleurs, la Ville encourage la mise en place de food-trucks qui attirent des clients.
Elle analysera avec le nouveau président du « Maarteverband » si des adaptations au niveau des horaires seraient possibles, p.ex. une ouverture les mercredis soir.

Des formulaires sont disponibles sur le site web de la Ville pour les commerçants qui souhaitent participer au marché.
En 2020, 6 commerçants ont contacté la Ville à ce sujet.
En outre, la Ville examine toujours si les nouveaux stands seraient compatibles avec l’offre existante et le collège échevinal a chargé le service communal compétent de rechercher activement des stands qui constitueraient une plus-value.

Un grand stand ayant participé au marché pendant de longues années n’y participe plus depuis le début du confinement et jusqu’à la fin de l’année. L’emplacement en question est donc désormais disponible pour un autre commerçant.

Pour ce qui est de la répartition des stands, cette dernière se fait en fonction de considérations d’ordre pratique (orientation des stands, chemins d’accès, accessibilité par les camions...). La Ville essaie à l’heure actuelle de limiter autant que possible le nombre de véhicules sur la Place Guillaume II en raison des travaux en cours. Avec tout cela, il serait pensable d’utiliser la cour de l’ancien Athénée comme parking provisoire pour certains véhicules.

Concernant les tarifs, ils sont fixés dans le règlement-taxes. La taxe est très compétitive (environ 500 euros par année pour un stand d’une longueur de 10 mètres). Une augmentation de cette taxe n’est pas prévue à l’heure actuelle.

Pour finir, il y avait beaucoup de clients pendant le confinement, de sorte que le collège échevinal se réjouit de sa décision de ne pas avoir fermé le marché pendant cette période.
Le marché sort renforcé de la crise et il y a beaucoup de nouveaux clients. Conséquemment, la Ville espère que cet effet positif sera durable.

Contacter
le service

Coordonnées

Hôtel de Ville

42, place Guillaume II
2090 Luxembourg

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi

de 8h à 12h
et de 13h30 à 18h

Du lundi au vendredi (pendant les vacances scolaires)

de 8h à 12h
et de 13h30 à 17h