Passer au contenu principal
menu

Vaccination prématurée du président du conseil d’administration des Hospices civils de la Ville contre le Covid-19

QUESTION PAR MONSIEUR GUY FOETZ

La présente question n’est pas dirigée contre Monsieur Henri Grethen personnellement, mais contre le fait qu’il a bénéficié, en sa fonction de président du conseil d’administration des Hospices civils de la Ville, d’une vaccination prématurée contre le Covid-19. Je voudrais rappeler que le ministère de la Santé avait clarifié que les membres des conseils d’administration ne doivent pas être vaccinés pendant la phase 1 de la campagne de vaccination et que les Hospices civils de la Ville de Luxembourg ont le statut d’établissements publics placés sous la surveillance de la Ville.

De qui émanait l’initiative de la vaccination prématurée du président des Hospices civils de la Ville ? Quelle en était la motivation ? Le collège échevinal avait-il connaissance de cette vaccination prématurée ? Était-il impliqué dans cette décision ? Quelle est la position du collège échevinal par rapport à cette vaccination prématurée ? Comment compte-t-il y réagir ? D’autres membres du conseil d’administration des Hospices civils ont-ils été vaccinés prématurément ? Tous les membres du personnel qui sont en contact régulier avec les résidents des Hospices civils ont-ils eu l’occasion d’être vaccinés lors de la phase 1 ? Les membres du service de nettoyage des Hospices civils, qui sont également en contact régulier avec les résidents des Hospices civils et qui ont été externalisés vers la société Dussmann Services s.à r.l. dans le but de réduire les coûts, ont-ils eu l’occasion d’être vaccinés à leur tour ?

REPONSE DE MONSIEUR L’ECHEVIN MAURICE BAUER

L’initiative de la vaccination prématurée du président du conseil d’administration avait été prise par la directrice des Hospices civils avec la bonne intention de mettre en place un cordon sanitaire autour des résidents. Cette décision de la directrice avait comme seul objectif la protection des résidents et du personnel. Le collège échevinal n’est pas impliqué dans la mission de vaccination dans les Hospices civils. Il n’incombe pas au collège échevinal de prendre position par rapport à cette vaccination. Le collège échevinal a pris acte des déclarations de Monsieur Grethen. Les listes des vaccinations des établissements de soins envoyées aux services de la Santé contiennent des données à caractère personnel et sont dès lors soumises à la législation sur la protection des données. Au début de la campagne de vaccination, les prestataires de soins, y inclus les Hospices civils, ont été informés par les services de la Santé que tous leurs salariés recevraient une invitation pour se faire vacciner dans un centre de vaccination. À partir de début février 2021, le personnel a pu se faire vacciner sur site, de sorte que le personnel des Hospices civils avait cette opportunité. En date du 2 mars 2021, le ministère de la Santé a informé les directions des institutions que les personnes qui n’ont pas encore eu l’occasion de se faire vacciner pourraient prendre rendez-vous après la 2e phase de la vaccination. La direction a informé les personnes concernées par note interne qu’elles ont la possibilité de se faire vacciner et qu’elles peuvent s’inscrire sur une liste d’attente. Les salariés de la société Dussmann et tous les autres sous-traitants et intervenants professionnels de santé indépendants ont été exclus de la vaccination par les autorités dans cette phase de la campagne de vaccination.

MONSIEUR GUY FOETZ

Le personnel de cuisine employé directement par les Hospices civils et le personnel administratif ont-ils également eu la possibilité d’être vaccinés ?

MADAME LE BOURGMESTRE LYDIE POLFER

Oui. Le ministère de la Santé avait donné l’ordre que seulement le personnel lié de manière contractuelle à la structure concernée soit vacciné. Cette décision du ministère est discutable, sachant que dans les hôpitaux, tous les collaborateurs ont été vaccinés, indépendamment du fait qu’ils soient directement employés par la structure respective ou non. Le ministère a refusé p.ex. qu'une dame qui donne chaque jour des soins de pédicure à une vingtaine de résidents d’une maison pour personnes âgées soit vaccinée.

Concept de tests rapides à Luxembourg-Ville

QUESTION DE MONSIEUR FRANÇOIS BENOY 

Le Gouvernement vient d’annoncer l’ouverture des terrasses (sous conditions) à partir du 7 avril 2021. Le vote de cette mesure à la Chambre des Députés est prévu pour la semaine prochaine. Je propose que la Ville mette en place une offre de tests rapides Covid-19 afin d’augmenter la sécurité des citoyens et de leur donner les moyens de profiter au mieux du déconfinement, tout en aidant les restaurateurs, les cafetiers et tout le secteur du commerce. Ces stations de tests gratuits offerts par la Ville pourraient se trouver à plusieurs endroits de la capitale, par exemple à la place de la Gare, à la place d’Armes et au Glacis. Dans une première phase elles pourraient être opérationnelles les samedis, lors des ouvertures dominicales ou pendant d’autres journées avec beaucoup de public. L’offre pourrait ensuite être élargie.

En Allemagne, la ville de Tübingen a mis en place il y a quelques semaines des stations de tests rapides gratuits. Ce concept dénommé « Öffnen mit Sicherheit » est organisé en collaboration avec la Croix-Rouge et suivi scientifiquement par l’Université de Tübingen. D’autres villes allemandes comme Francfort, Munich, Kiel et Rostock discutent également de concepts de ce genre.

Quelle est la position du collège échevinal à ce sujet ? La Ville de Luxembourg pourrait-elle mettre en place une telle offre pour le 7 avril, journée d’ouverture des terrasses ? Le cas échéant, dans quelle envergure ? Comment un tel concept pourrait-il évoluer dans les semaines à venir afin de garantir plus de liberté et de sécurité aux citoyens et aux visiteurs de la ville ? Par quels autres moyens la Ville pourrait-elle, selon le collège échevinal, jouer un rôle précurseur dans le cadre du déconfinement ?

REPONSE DE MADAME LE BOURGMESTRE LYDIE POLFER

Le projet de loi qui sera soumis au vote de la Chambre des Députés ne va délibérément pas dans la direction proposée par Monsieur le conseiller Benoy, et cela en raison de la solidarité nationale, dont fait preuve la Ville de Luxembourg. Dès le début de la crise du Covid-19 la Ville avait adopté un comportement exemplaire, p.ex. en fournissant aux hôpitaux des masques quand ceux-ci n’étaient pas encore disponibles en quantité suffisante et en faisant bénéficier les autres communes de masques commandés par la Ville. Le Syvicol avait également adopté une approche de solidarité nationale en se prononçant contre la publication d’informations détaillées sur le nombre d’infections par commune afin de ne pas dresser une commune contre une autre. La proposition de Monsieur le conseiller Benoy serait contraire à cette logique. Des mesures de ce genre ont été discutées au sein de la Chambre des Députés et ont été délibérément rejetées pour les raisons exposées. La Ville serait prête à soutenir de telles mesures si elles étaient introduites dans le cadre d’une stratégie nationale, avec des règles identiques pour l’ensemble des communes du Grand-Duché de Luxembourg.

Il ne suffit pas d’effectuer des tests dans l’espace public, mais qu’il faut encore savoir comment réagir si des tests sont positifs. À l’heure actuelle, les instances étatiques compétentes doivent encore concentrer leurs efforts sur d’autres points plus urgents.

MONSIEUR FRANÇOIS BENOY

Je connais parfaitement le contenu du projet de loi soumis à l’approbation de la Chambre des Députés. Il s’agirait seulement de donner aux gens une sécurité supplémentaire. Il va de soi que la situation juridique en Allemagne est différente de celle qui existe au Luxembourg.

Rénovation du Parking Martyrs (« Rousegäertchen »)

QUESTION DE MONSIEUR CARLO BACK 

Un incendie s’était déclaré à l'intérieur du Parking Martyrs le 9 septembre 2019. Il n’y a pas eu de victimes. Quels sont les dommages constatés au niveau de l'infrastructure du parking ? Le collège échevinal entend-il faire rénover le parking ? Dans l’affirmative, quels sont les arguments pour justifier une telle rénovation ? Le collège échevinal dispose-t-il d'un devis y relatif et de données détaillées sur le taux d'occupation journalier de ce parking et des autres parkings du quartier de la Gare pour les années 2019 et 2020 ? Quelles sont les conclusions tirées par le collège échevinal de cette analyse ?

REPONSE DE MONSIEUR L’ECHEVIN PATRICK GOLDSCHMIDT 

Des éléments de réponse avaient déjà été fournis dans le cadre des débats budgétaires. La structure portante a été endommagée lors de l’incendie et doit être renouvelée. Le parking date de 1984, de sorte que les travaux de rénovation doivent être accompagnés d’une mise en conformité pour que les dispositions actuelles soient remplies. Les voitures brûlées ont seulement pu être enlevées en 2021 en raison des différentes expertises.

Trois variantes ont été discutées, à savoir la rénovation du parking, sa reconstruction et sa suppression. Une rénovation comporterait des coûts de l’ordre de 17 millions d’euros. Une démolition et une reconstruction complète se chiffreraient à plus de 31 millions d’euros. Le collège échevinal a décidé de conserver un parking à cet endroit et de le rénover. Cette décision a été prise au vu du taux d'occupation le plus haut de tous les parkings du quartier de la Gare. Avant l’incendie ce taux était de près de 86% du lundi au vendredi entre 9 et 16 heures (Parking Rocade : 80% , Parking Nobilis : 65%, Fort Wedell : 50%). Les emplacements de stationnement dans des parkings en ouvrage doivent compenser les emplacements supprimés à la surface dans le cadre du réaménagement d’une série de places et de rues de la Ville afin de les rendre plus conviviales.

Le projet définitif de rénovation du parking Martyrs sera présenté au collège échevinal vers la fin de l’année 2021, de sorte que la procédure pourrait être lancée vers la fin de l’année 2022 et que la rénovation du parking pourrait être achevée au cours du premier trimestre 2024.

Participation citoyenne

QUESTION DE MADAME CLAUDINE KONSBRUCK

L’accord de coalition prévoit dans son introduction que « le collège échevinal souhaite inciter les citoyens à s'impliquer d'avantage dans le processus de planification des grands projets afin qu'avec le conseil communal nous puissions tous ensemble mieux partager nos vues sur les moyens à mettre en oeuvre pour réaliser notre vision d'une ville accueillante, agréable à vivre, dynamique et performante, assurant à ses citoyens un haut niveau de qualité de vie dans le respect du développement durable ».

Les responsables de la Ville avaient présenté en septembre 2020 les projets d'aménagement de la place de l'Étoile. Le collège échevinal peut-il confirmer qu'il entend procéder à une implication des citoyens dans le développement du projet de la place de l'Étoile ? Quel est le calendrier prévu et quelles sont les prochaines étapes ? Le collège échevinal peut-il rappeler les projets en cours qui ont été adoptés suite à une participation citoyenne ?

REPONSE DE MADAME LE BOURGMESTRE LYDIE POLFER

Le collège échevinal est disposé à impliquer les citoyens partout où cela s’avère possible. Une participation citoyenne a été organisée p.ex. pour le réaménagement des alentours de l’école de la rue de Strasbourg et de l’aire de jeux avoisinante ainsi que pour le nouveau quartier qui sera réalisé aux abords de la route d’Arlon. Une participation citoyenne préalable n’est pas organisée pour des PAP dont les paramètres de base avaient déjà été discutés et fixés dans le cadre de l’élaboration du PAG (logements, bureaux ou commerces, densité, etc.). Des réunions pour les citoyens sont cependant organisées après l’élaboration du PAP respectif aux fins de sa présentation. Les citoyens disposent ensuite d’un délai de trois mois pour soumettre leurs observations et réclamations. Il arrive que des PAP soient modifiés suite à ces observations.

Une procédure de participation citoyenne sera organisée pour le projet de l’ancien abattoir à Hollerich. Des groupes de travail seront créés afin d’impliquer étroitement les citoyens dans l’élaboration d’un projet pour l’ancien abattoir. Un PAP n’existe pas encore pour la place de l’Étoile ; les illustrations montrées en 2020 n’étaient qu’à titre indicatif. Le ministre des Travaux publics s’était rendu à l’Hôtel de Ville pour présenter les plans prévoyant le réaménagement de la route d’Arlon à hauteur de la place de l’Étoile et le prolongement du tracé du tramway en direction de la « Kannerklinik ». Cela permettra un réaménagement de la place de l’Étoile, avec une gare d’autobus en sous-sol. Les citoyens pourront soumettre leurs questions et observations quand le PAP aura été élaboré.

Pollution atmosphérique à Luxembourg-Ville

QUESTION DE MONSIEUR CARLO BACK

Il existe une série d’études au sujet de la pollution atmosphérique dans quelque 400 villes européennes, dont la ville de Luxembourg. Ces études ont été menées e.a. par l’Agence européenne de l’environnement et la European Public Health Alliance. Les coûts socio-économiques de la pollution atmosphérique est chiffrée à environ 166 millions d’euros pour la ville de Luxembourg. Ces coûts comprennent les traitements médicaux, la diminution de l’espérance de vie, l’augmentation du risque de mortalité, les jours de travail perdus, les hospitalisations pour pathologies respiratoires et cardiaques ainsi que la prévalence des bronchites et de l’asthme chez les enfants.

Le dioxyde d’azote (NO2) est le paramètre le plus critique au niveau de la qualité de l’air de la ville. En 2019 la valeur limite pour le dioxyde d’azote de 40 microgrammes par mètre cube était régulièrement dépassée sur la moitié des 11 stations de mesure sur le territoire de la ville. Ladite valeur limite n’a pas été dépassée aux abords de la Rocade de Bonnevoie en 2020 pendant la pandémie du Covid-19. La Ville a publié ces résultats dans l’édition de novembre 2020 du magazine « City », tout en incitant les habitants à délaisser la voiture et à privilégier la mobilité douce.

Quelle sera à l’avenir la politique du collège échevinal en matière de gestion du trafic routier afin de préserver la santé des habitants et des visiteurs de la ville, en tenant compte des évidences scientifiques mentionnées et de la corrélation existante entre la diminution du trafic routier pendant le confinement et la diminution de la concentration en dioxyde d’azote ? Quelles mesures le collège échevinal prendra-t-il pour éviter un retour aux valeurs de dioxyde d’azote d’avant la crise du Covid-19 et pour inciter les habitants à privilégier la mobilité douce ?

REPONSE DE MONSIEUR L'ECHEVIN PATRICK GOLDSCHMIDT

Les stations de mesures mentionnées par M. le conseiller Back contiennent des tubes passifs qui sont analysés et remplacés toutes les deux semaines. Ces moyennes bihebdomadaires ne peuvent pas être comparées à la valeur limite de 40 μg/m3 mentionnée pour la moyenne annuelle des concentrations en NO2. En calculant par contre les moyennes annuelles pour chacune des stations de mesure passive en 2018, 2019 et 2020, et en les comparant avec la valeur limite de 40 μg/m3 pour la moyenne annuelle, il peut être constaté que la plupart des valeurs se situent en-dessous de cette limite et que les moyennes baissent d’année en année, avec un certain effet Covid pour 2020.

La Ville continuera ses efforts pour améliorer le modal split des transports en commun et de la mobilité active. L’ensemble de la flotte d’autobus de la Ville sera constitué de bus électriques. La plupart des lignes RGTR ne mèneront plus à travers le centre-ville. Grâce à ces mesures, les valeurs devraient continuer à s’améliorer d’année en année. Étant donné qu’une partie du personnel continuera à faire du télétravail, il y a de fortes chances pour que la valeur limite de 40 μg/m3 ne soit plus dépassée à l’avenir.