Passer au contenu principal
menu

Râteliers pour vélos

Question de Monsieur Paul Galles

Vu le nombre croissant de vélos en ville, de nombreux cyclistes ne trouvent pas de place pour attacher leur vélo. Les vélos attachés à des poteaux ou à des clôtures gênent souvent les piétons.

  • À quels endroits de la ville trouve-t-on des râteliers pour vélos et où peut-on se renseigner à ce sujet ?
  • Existe-t-il un cadastre des râteliers ?
  • La Ville dispose-t-elle d’une stratégie relative à la mise en place de râteliers supplémentaires ?
  • Existe-t-il une signalisation pour informer les cyclistes des emplacements des râteliers les plus proches ?
  • Propose-t-on des alternatives aux cyclistes si des râteliers sont supprimés temporairement en raison de chantiers ?
  • Quelles sont les règles concernant les endroits où les vélos peuvent être attachés ?

Réponse de Monsieur Patrick Goldschmidt

L’installation et la répartition des râteliers pour vélos se base sur le concept vélo de la Ville. Des râteliers sont aussi installés dans les parkings en ouvrage « Knuedler » et « Neipperg ». Pour connaître les différents endroits, les usagers peuvent se référer soit à la carte « Itinéraires cyclables » de la Ville, soit consulter la « Citymap » sur le site www.vdl.lu.

La Ville entend améliorer encore la communication afférente et analyse la mise en place éventuelle d’une signalisation indiquant les emplacements des râteliers les plus proches. La Ville ne dispose pas d’un cadastre y relatif, mais d’un relevé des râteliers publics sous forme de liste interne. Tous les râteliers sont installés à des endroits stratégiques et de manière à ne pas gêner le passage. Le cas échéant, la Ville transmet à l’Etat ou à la CFL des demandes d’installation de râteliers se trouvant sur des parcelles qui ne font pas partie du domaine de compétences de la Ville.

La question des endroits où des vélos peuvent être attachés est régie par le règlement général de police (art. 3 relatif à l’occupation de la voie publique et art. 9 relatif à l’interdiction de déposer ou d’abandonner des objets quelconques) ainsi que par la loi du 18 juillet 2018 sur la Police Grand-Ducale (art. 13 en vertu duquel la Ville de Luxembourg se réserve le droit de faire enlever tous les véhicules, y compris les vélos, encombrant l’espace public ou constituant un danger pour les autres usagers).

La Ville fait preuve d’une certaine souplesse à cet égard. À ce jour, elle n’a pas encore enlevé de vélos, mais elle pourrait le faire en cas de réclamations ou si les vélos, trottinettes ou autres véhicules attachés à des poteaux ou à d’autres objets constituent un danger pour les piétons et les autres usagers de la route.

Aires de jeux dans le quartier de Neudorf

Question de Madame Christa Brömmel

Fin 2019 la cour de récréation de l’ancienne école primaire de Neudorf a été transformée en parking, alors que le quartier de Neudorf manque d’aires de jeux.

  • Quels sont les motifs qui ont amené la Ville à prendre cette décision ?
  • S’agit-il d’une mesure temporaire, et est-ce qu’une autre solution aurait été envisageable ?
  • Comment la Ville entend-elle réduire à zéro tout risque d’accident ? Le collège échevinal estime-t-il que l’offre en aires de jeux est suffisante au quartier de Neudorf (au niveau quantitatif et au niveau qualitatif) ?
  • Entend-il améliorer cette offre ?

Réponse de Monsieur Patrick Goldschmidt

Le parking provisoire dans la cour de l’ancienne école primaire a été mis en place à la demande des riverains et des commerçants pour la durée du chantier qui se déroule actuellement au niveau de la rue de Neudorf.

Les services communaux veillent à éviter toute situation dangereuse qui pourrait résulter de l’utilisation de la cour de l’ancienne école en tant que parking.

La Ville s’efforce de créer des aires de jeux agréables sur tout le territoire de la Ville, mais cela s’avère assez difficile dans le quartier de Neudorf en raison de sa topographie. Le quartier compte actuellement deux aires de jeux (rue Aale Wee et rue du Grünewald).

Sécurité du chemin d’école dans le quartier de Belair

Question de Monsieur Tom Krieps

Le comité des parents de l’école fondamentale Gaston Diderich a élaboré un relevé des passages piétonniers les plus dangereux du quartier. Il faut mentionner notamment le passage pour piétons situé à l’intersection de l’avenue Guillaume avec l’avenue du X Septembre, où les automobilistes venant de l’avenue Guillaume sont autorisés à tourner à droite vers l’avenue du X Septembre pendant la phase verte pour les piétons.

  • Quelles suites la Ville entend-elle réserver à cette initiative louable du comité des parents?

Réponse de Monsieur Patrick Goldschmidt

Des réunions de travail ont eu lieu entre le comité des parents d’élèves, le groupe de travail « mobilité douce », la Police de la Route ainsi que les services Enseignement et Circulation de la Ville de Luxembourg pour discuter des différents passages piétonniers du quartier de Belair.

Au carrefour mentionné, les feux pour piétons passent en effet au vert en même temps que les feux pour les automobilistes qui souhaitent tourner à droite respectivement à gauche. Des situations pareilles existent également à d’autres endroits sur le territoire de la Ville, étant donné qu’elles ne peuvent pas toujours être évitées.

La Ville essaie en général de régler les feux de circulation de manière à assurer la fluidité du trafic, mais elle analyse actuellement la possibilité de modifier la programmation des feux installés aux abords du croisement mentionné pendant certaines heures. Le collège échevinal espère que cette analyse sera achevée au printemps 2020.

En ce qui concerne les autres croisements qualifiés de dangereux par le comité des parents, il s’est avéré lors de descentes sur le terrain que de légères modifications suffiront pour apporter des améliorations notables. La Ville continuera de collaborer avec le comité des parents pour rendre le chemin de l’école encore plus sûr.

Services de bus à la demande « Call-a-bus » et « Rollibus »

Question de Monsieur Guy Foetz

Lorsque la gratuité des transports en commun au niveau national entrera en vigueur le 1er mars 2020, le service « Adapto » proposé par l’Etat aux personnes à mobilité réduite sera également gratuit. Se pose alors la question si les services de bus à la demande proposés par la Ville de Luxembourg (« Call-a-bus » et « Rollibus ») seront également gratuits à l’avenir.

Des efforts ont déjà été déployés au niveau de l’accessibilité des bus de la Ville et des quais situés sur son territoire afin de les rendre plus accessibles aux personnes se déplaçant en fauteuil roulant. Je propose que la Ville édite un dépliant pour informer les personnes à mobilité réduite de ces améliorations, étant donné que les bus ordinaires permettent de se déplacer plus librement, sans avoir à commander au préalable un bus à la demande. Mais il faudrait veiller auparavant à ce que tous les bus de la Ville soient accessibles pour les personnes à mobilité réduite.

Je voudrais rappeler que le groupe « déi Lénk » avait déposé en 2015 une motion relative au « Design for All », qui prévoit une approche systématique. Monsieur Joël Delvaux, ancien conseiller communal, a l’intention de servir de sujet de test pour analyser dans quelle mesure la Ville de Luxembourg est adaptée, d’une manière générale, aux personnes à mobilité réduite.

En ce qui concerne plus spécifiquement l’adaptation du règlement-taxe soumise aujourd’hui au conseil communal, j’aimerais savoir si la Ville de Luxembourg fait preuve d’une certaine souplesse au niveau de l’accès des utilisateurs au service « Call-a-bus » (qui en principe doivent être âgées de plus de 70 ans) respectivement du service « Rollibus » (qui s’adresse à des personnes à mobilité réduite).

  • Quelles règles s’appliquent si le nombre d’accompagnateurs maximal de 3 personnes est dépassé?
  • Les utilisateurs doivent-ils remplir au préalable des formulaires de demande spéciaux de la Ville, ou la Ville peut-elle utiliser des informations recueillies auparavant par le ministère des Transports?

Réponse de Monsieur Patrick Goldschmidt

Le service « Rollibus » sera dorénavant gratuit pour les personnes à mobilité réduite et pour un maximum de 3 personnes accompagnantes, un nombre issu des expériences des années passées. Le Service Autobus sera invité à faire preuve de souplesse au cas où il y aurait une quatrième personne accompagnatrice.

En principe, tous les bus circulant sur les lignes de la Ville de Luxembourg sont équipés d’une rampe pour personnes en chaise roulante, y compris les autobus des prestataires externes. En cas de panne, les entreprises d’autobus ne sont pas autorisées à remplacer un bus disposant d’une rampe par un bus qui n’en est pas équipé. Les usagers sont invités à informer le Service Autobus en cas de problème.

Les anciens contrôleurs de billets seront employés entre autres pour veiller à ce que les entreprises d’autobus respectent les standards inscrits dans les dispositions des conventions signées avec la Ville de Luxembourg.

Les conditions et modalités du service « Adapto » de l’Etat diffèrent de celles du service « Rollibus » de la Ville. Les personnes qui ne peuvent utiliser le service « Rollibus » sont orientées vers le service « Adapto ». La Ville peut également chercher des solutions sur mesure pour des personnes à mobilité réduite temporaire si les personnes concernées en font la demande auprès du collège échevinal. S’il s’avère nécessaire, des adaptations aux services proposés peuvent toujours être examinées.