Passer au contenu principal
menu

Le chantier Tram

QUESTION PAR MARC ANGEL

Depuis le 10 décembre le Tram circule avec grand succès le long de l'Avenue John F Kennedy. Les travaux pour prolonger la ligne vers la place de l'Etoile avancent à grands pas.

Selon un reportage diffusé le 26 janvier sur la radio RTL, deux problèmes techniques causeraient des soucis. L'un concernerait le passage du Tram pardessus du parking souterrain Schuman. Le deuxième concernerait le raccordement des rails aux deux extrémités du pont rouge, l'extrémité plateau du Kirchberg respectivement celle du Limpertsberg.

Toujours selon le même reportage des études à hauteur de 300.000 Euros auraient été faites pour trouver une solution à ces problèmes techniques.

  • Quelles sont les causes de ces problèmes techniques ?
  • Quelles sont les mesures complémentaires qui doivent être prises pour surmonter lesdits problèmes ?
  • Quel est le coût supplémentaire pour la Ville de Luxembourg ?
  • Qui prend en charge les 300,000 euros de frais d'études ?
  • Est-ce que ces problèmes causeront un retard dans la planification et l'exécution des travaux ?

Une fois le tram arrivé à la Place de l'Etoile, commenceront les travaux le long de l'Avenue Emile Reuter, du Boulevard Royal et de l'Avenue de la Liberté.

  • Est-ce que ce tronçon, reliant la Place de l'Etoile et la Gare, sera exécuté en une fois ou en plusieurs phases ?
  • S'il est décidé d'organiser le chantier en plusieurs phases pourriez-vous informer le conseil communal et les commissions consultatives de la mobilité et du développement urbain et économique sur ces différentes phases, délais et sur l'organisation de la circulation pendant les travaux ?

En ce qui concerne l'Avenue de la Liberté il est connu depuis de nombreuses années qu'une grande partie des infrastructures souterraines (canalisation et différents câblages) sont vétustes et que des grands travaux de renouvellement s'imposent.

Les collèges échevinaux précédents avaient pris la sage décision d'attendre avec ces travaux le chantier du Tram pour ne pas devoir commencer deux fois sur cet axe important de notre capitale.

  • Quand est-ce que les travaux d'infrastructures souterraines et de posage de rails pour le tram le long de l'Avenue de la Liberté commenceront- ils et combien de temps vont-ils durer ?
  • Est-il prévu d'aménager des voies cyclistes bidirectionnelles ?
  • Est-il vrai que les arbres longeant des deux côtés cette avenue devront être abattus ?
  • En cas de réponse positive à la question précédente, ces abattages doivent-ils être effectués pour les raisons de l'aménagement des rails du Tram ou à cause des travaux d'infrastructures (canalisation et différents câblages) ?
  • Est-ce que toutes les possibilités techniques ont été étudiées afin d'éviter l'abattage de ces arbres ?
  • Serait-il possible de sauver ces arbres en les transplantant provisoirement pour les replanter après l'achèvement des travaux ?
  • A côté des services techniques de la Ville qui sont d'éventuels autres partenaires pour les travaux d'infrastructure souterraines ?

RÉPONSE PAR LYDIE POLFER

Mme le Bourgmestre répond que la conférence de presse organisée par le ministère du Développement Durable et des Infrastructures (MDDI) a été planifiée il y a plus d’un mois et que le but en était de présenter au public toutes les données d’un dossier complexe. Toutes les informations devaient être disponibles pour la mi-février.

Concernant les travaux d’infrastructure (réseaux) à effectuer dans l’avenue de la Liberté, le conseil communal devra voter un devis et pour ceux ayant lieu dans l’allée Scheffer, l’avenue E. Reuter etc, ils sont organisés par LUXTRAM qui coordonne les travaux avec ses bureaux d’études.

En ce qui concerne le tronçon de la Place de Metz à la Place de Paris, et jusqu’à la Gare Centrale, les services de la Ville ont cru opportun d’attendre que tous les plans des travaux soient connus, pour décider à ce moment où il faut placer au mieux les infrastructures souterraines. Il est clair que les travaux se rapportant aux réseaux de l’eau et à la canalisation sont à charge de la Ville et que le conseil communal en vote les devis. Il était prévu de ce faire en mars, le timing est donc respecté.

Le conseil communal, lors de sa réunion du 26 mars 2018, devrait en principe se voir soumettre les devis concernant les travaux dans l’avenue de la Liberté, mais les plans définitifs font encore défaut à ce moment. D’ailleurs ces plans doivent préciser également l’emplacement des arbres. En collaboration avec le MDDI la Ville essaie d’élaborer la solution optimale. Dès que la Ville aura obtenu les plans définitifs, ceux-ci seront présentés dans la commission technique et celle du développement urbain réunies en commission conjointe. Les arbres de l’avenue de la Liberté devront être enlevés à cause du tram, car sans le tram, la canalisation aurait pu être placée au milieu de la chaussée. Il faut savoir que du moment que le tram circulera dans l’avenue de la Liberté, il y aura 2200 bus par jour en moins qui la traverseront, ce qui aura une répercussion positive sur l’état de santé des nouveaux arbres. Il a été examiné si les arbres actuels pouvaient rester en place pendant la durée des travaux, mais les études effectuées ont montré que dans ces conditions ces arbres n’avaient qu’une chance de survie amoindrie. D’autant plus il faut encore savoir que les arbres de l’avenue de la Liberté ont été plantés dans les années 1960, et qu’ils approchent inévitablement de la fin de leur cycle de vie. L’avenue de la Liberté sera réaménagée en allée nouvelle après l’exécution des travaux. L’UNESCO ainsi que le collège échevinal de la Ville se sont prononcés pour la remise en place des mêmes arbres, d’une hauteur approximative de 8 mètres.

En ce qui concerne la situation du chantier aux alentours du Grand Théâtre, il est important d’éviter les vibrations à cet endroit, mais que ceci est connu depuis longtemps, et que des mesures spéciales doivent être prises, constituant un défi pour LUXTRAM. Les études réalisées à cet effet sont à charge de LUXTRAM et il en est résulté que la dalle du parking du théâtre devra être renforcée et recouverte d’une couche de béton ainsi que d’un revêtement pour neutraliser les vibrations. Le timing prévoit qu’à partir de la fin juin 2018, le tram circulera jusqu’à la Place de l’Etoile où les travaux sont en cours actuellement. Il y aura un pôle d’échange bus/tram à cet endroit. Des discussions ont été menées avec le MDDI et le ministère des transports pour les travaux dans l’avenue E. Reuter où sont aménagés actuellement des terminus pour des bus RGTR et le moment venu, ceux-ci devront être déplacés et la commission de la mobilité en sera informée.

L'éclairage des passages pour piétons

QUESTION PAR TOM KRIEPS

Le sujet de l’éclairage des passages pour piétons est revenu un peu dans notre actualité, suite à certains accidents récents qui ont impliqué des piétons et des automobilistes. Ces accidents ont eu lieu sur les passages pour piétons et la police a appelé les piétons à se munir de vêtements voyants. Il appert en effet que les passages sont en majorité peu ou mal éclairés dans notre ville. Il avait été affirmé que des lampadaires LED allaient être installés en plus grand nombre, mais je dois constater le contraire, ce qui m’amène à poser la question suivante :

  • Quelle est la politique de notre ville pour rendre les passages à piétons plus sûrs et surtout mieux éclairés ?

RÉPONSE PAR PATRICK GOLDSCHMIT

M. l’échevin Goldschmidt répond que dans ce contexte des réponses ont déjà été fournies au conseil communal par Madame l’échevin Beissel. Il y a 1454 passages pour piétons sur le territoire de la Ville, dont 450 sont dotés de signaux lumineux et 200 passages sont gérés au Kirchberg par le Fonds d’Urbanisation du Kirchberg. Environ 900 passages ne sont pas éclairés spécialement, mais que 200 de ceux-ci ont été équipés récemment d’un éclairage d’appoint. Il n’existe pas de réglementation afférente dans ce domaine.

Depuis 2014, un groupe de travail, réunissant des représentants des Services Voirie, Éclairage public et Circulation, examine de quelle façon les quelque 700 passages pour piétons restants pourront être sécurisés. En plus ils sont pris en compte dans le cadre des travaux d’infrastructures. Le service compétent se rend sur les lieux suite à des réclamations par des syndicats d’intérêts locaux ou des particuliers, pour examiner la situation et pour réagir s’il le faut. De façon générale, tout piéton doit faire attention en traversant la rue, indépendamment de la présence de feux de signalisation. Au niveau de l’éclairage, la Ville fait des efforts pour l’améliorer partout où cela est possible et il est prévu de dresser un bilan après un an.

Les personnes sans-abris en temps de froid

QUESTION PAR TILLY METZ

Considérant que :

  • le froid ressenti extrême actuel en dessous de -10 / -15°C ;
  • beaucoup de personnes sans-abris/sans domicile fixe (SDF) souffrent de troubles psychiques et/ou de désorientation ;
  • le « samu social », appelé « service de 1er appel » de Inter-Actions ne fonctionne que de 17h à 22h ;
  • la « Wanteraktioun » a atteint ses limites (cf. Madame Oxacley au 100,7, ce matin à 8h, émission « Panorama ») ;
  • les foyers d’urgence de nuit (à Eich et rue Michel Rodange) ne disposent au total que de 20 places et qu’ils n’ouvrent que de 22h à 7h (et que les 2 bistrots sociaux ferment déjà à 19h) ;
  • que dans 31 jours la « Wanteraktioun » touche à sa fin et que le temps peut rester froid et humide au printemps au Luxembourg ;
  • la « Stëmm vun der Strooss » demande de maintenir une action telle que la « Wanteraktioun » au-delà du 31 mars (cf. Madame Oxacley au 100,7, ce matin à 8h, émission « Panorama »).

Je pose les questions suivantes :

  • Des mesures spéciales supplémentaires sont-elles prévues en temps de grand froid ?
  • Les personnes SDF bénéficient-elles d'un soutien suffisant pour lutter contre le froid surtout pendant la nuit et, le cas échéant, sont-elles orientées en temps utile vers les logements d'urgence ?
  • Ne faudrait-il pas concevoir d'autres logements/abris d'urgence au centre-ville - même provisoires et amovibles- pour protéger ces personnes de ce froid « sibérien » ?
  • Ne faudrait-il pas prévoir un service ambulatoire - comme dans d'autres villes - qui parcourt les rues de la ville au-delà de 22h pour venir en aide aux personnes SDF?
  • Ne faudrait-il pas maintenir une action, telle que la « Wanteraktioun », au-delà du 31 mars?

RÉPONSE PAR ISABEL WISELER

Mme l’échevin Wiseler répond qu’au Luxembourg tant le ministère compétent que beaucoup d’associations et organisations sont en charge du problème évoqué. La « Wanteraktioun » a spécialement été mise en œuvre pour la saison froide, il s’agit d’une mesure humanitaire d’urgence sans contrôle de papiers d’identité. Les places disponibles sont suffisantes et personne n’a dû être refusée. La structure « Abrigado » a également confirmé qu’elle dispose de places en nombre suffisant et qu’il y a une bonne collaboration entre tous les services concernés. Il y a un certain nombre de sans-abris, qui veulent rester dans la rue, et qui sont alors dotés de sacs de couchages et de couvertures. Tant les streetworkers que la police abordent régulièrement ces personnes pour les convaincre de se rendre dans un foyer, il n’est toutefois pas possible de déplacer ces personnes de force. Il existe une solidarité entre les concernés, ce qui s’est révélé récemment p.ex. quand un sans-abri s’est rendu au « Parachute » pour y déclarer qu’il n’a plus revu un copain et la police l’a cherché et trouvé, pour l’amener à l’hôpital au vu de son état de santé. La « Wanteraktioun » sera prolongée en cas de besoin, si les températures basses l’exigent.

Mme le Bourgmestre souligne que personne n’est obligée à passer la nuit dehors, mais ceux qui le font sont surveillés de près. Des 200 lits disponibles, 120 étaient occupés le dernier weekend qui était très froid, ce qui montre que la capacité offerte est suffisante. Il faut encore noter que les structures de jour sont également fréquentées par des personnes disposant d’un logement, mais qui sont isolées et cherchent uniquement le contact avec d’autres personnes.

Le foyer scolaire à Cessange

QUESTION PAR SAM TANSON

Des membres du conseil communal ont été contacté par un parent d’élève, en les informant que le foyer scolaire à Cessange ne fonctionnerait pas correctement pour les enfants du précoce (et selon lui du préscolaire). À défaut de locaux et mobiliers adéquats, les enfants ne disposeraient par exemple pas d’un local séparé pour faire une sieste ou se reposer, ce qui à cet âge-là est pourtant primordial. Les enfants devraient également s’asseoir sur des chaises et des tables trop grandes pour leur âge, de manière à ce qu’ils devraient se mettre sur leurs genoux pour manger.

Une réponse du même jour de la part du responsable opérationnel du Service Foyers scolaires explique que la problématique des meubles n’existerait que pour les enfants du précoce, tout en précisant que le personnel encadrant veillerait à respecter les mesures de sécurité nécessaires. Les meubles adéquats se trouvent dans les locaux du nouveau foyer rue Verte, alors que celui-ci aurait dû être ouvert le 19 février de cette année. Concernant la question de la séparation de la salle de repos et de la salle de jeu pour le précoce, il explique qu’il serait possible de séparer la grande pièce utilisée par les enfants par une cloison et de l’illuminer de manière séparée.

Dans ce contexte j’aurais les questions suivantes :

  • À lire l’email du responsable précité, le foyer scolaire pour les enfants du précoce n’a pas encore été intégré dans les locaux de la rue Verte à défaut d’accord définitif de l’ITM. Le collège échevinal est-il intervenu auprès de l’ITM pour obtenir l’agrément dans l’immédiat ? Endéans quel délai cet agrément sera accordé ?
  • Si aucun délai n’est fixé, pourquoi n’est-il pas possible de déménager le mobilier entièrement adapté à l’âge des enfants de quelques centaines de mètres pour assurer le bien-être des enfants ?
  • En général, ne faudrait-il pas intervenir auprès de l’ITM alors que dans de nombreux cas les agréments pour les foyers scolaires se font attendre. Attente qui se fait au détriment des enfants concernés qui soit ne peuvent pas intégrer un foyer scolaire faute de place, soit ne peuvent bénéficier des meilleures conditions possibles ? Dans le cas précis de Cessange, les parents ont ainsi déjà été informés au mois de novembre que « des retards seraient survenus au niveau des contrôles techniques ».
  • Les parents constatent également que dans la cour d’école il n’y a pas encore de jeux pour les enfants en bas âge. Quand est-ce qu’il sera remédié à cette situation ?

RÉPONSE PAR COLETTE MART

Mme l’échevin Mart répond qu’il est exact que le nouveau foyer scolaire destiné au cycle 1 dans la structure mobile sise rue Verte n’est pas encore ouvert, alors même qu’il était prévu de le faire pour le 19 février. Toutefois tous les enfants, y compris ceux du précoce, ont pu être accueillis au foyer à Cessange. En attendant l’ouverture de la structure dans la rue Verte, les enfants du cycle 1 ont été répartis sur deux sites, à savoir 45 enfants dans la structure amovible de la rue St. Joseph, et dans le bâtiment principal du foyer de Cessange, quelques enfants du cycle 1 ainsi que 24 enfants du précoce.

Le mobilier prévu pour les enfants dans la nouvelle structure de la rue Verte est déjà sur place, mais il n’a pas été déménagé alors que la date de la mise en service de la nouvelle structure n’est pas connue, mais il avait été pensé que ceci pourrait se faire pour le 19 février. Les enfants du précoce disposent de mobilier qui doit représenter une solution temporaire et pour compenser les tables trop hautes pour la catégorie d’âge des enfants, il est pris recours à des chaises adaptables en hauteur tout en prenant soin que les enfants puissent poser leurs pieds sur la plate-forme prévue à cette fin.

La salle peut être divisée en deux moyennant une cloison amovible, pour servir à des fins de jeux et de repos. La luminosité peut être abaissée dans la salle destinée au repos et à un moment donné, les enfants doivent s’allonger pour se reposer. Étant donné que pas tous les enfants arrivent à dormir, une activité douce est proposée. Il peut arriver que des enfants se réveillent et veulent se lever, ce qui peut mener à la situation telle que décrite par un père dans son courrier. En principe les enfants du précoce ont deux espaces à leur disposition, l’un pour jouer, l’autre pour se reposer, dont l’une des salles étant dotée de tables, l’autre peut être utilisée pour le repos et pour se défouler.

Le collège échevinal a déjà fait des démarches dans le contexte du retard de l’ouverture du foyer de la rue Verte, notamment pendant les vacances d’été, dans l’optique de prévoir l’ouverture des infrastructures pour la rentrée.

Depuis 2013, les conditions pour l’ouverture d’une maison relais sont très strictes et notamment certains rapports sont requis pour obtenir l’agrément d’exploitation. Le Ministère de l’Education Nationale a délégué au ministère de la Santé et à l’ITM tout ce qui concerne l’hygiène, la santé et la sécurité. L’ITM doit vérifier la procédure des établissements classés que la Ville a confiée à un bureau d’études privé. Un rapport final est requis visant les équipements techniques et la sécurité du bâtiment et ce rapport est dressé par Luxcontrol et doit être validé par l’ITM. En effet le rapport final fait encore défaut actuellement, alors que le rapport concernant le pare-foudre n’est attendu que pour le 8 mars. Il est à prévoir que le foyer pourra ouvrir ses portes aux alentours de Pâques, sans pour autant vouloir avancer une date précise.

En ce qui concerne les jeux pour enfants dans la cour d’école, un plan a été établi et la commande a été faite. Les tous petits pourront également profiter de la cour d’école à partir de la rentrée 2018. Par ailleurs il est prévu de déménager les chaises et les tables de la rue Verte, en attendant l’ouverture du nouveau foyer. Je me suis moi-même rendue sur place pour me rendre compte que tout va bien au foyer Cessange. Il n’était pas facile pour les éducatrices de s’adapter rapidement à la situation nouvelle s’étant dégagée du fait que le foyer pour le cycle 1 n’était pas opérationnel à la rentrée. Néanmoins il a été possible d’accepter tous les enfants. Dans la nouvelle structure, il y aura des salles modernes et des visites des foyers de la part de la commission de l’enfance peuvent être organisées.

De façon générale, il faut accepter qu’il y ait des retards sur plusieurs sites, tels Demy Schlechter et Cessange, mais que des investissements considérables sont effectués dans tous les quartiers pour satisfaire la demande dans les foyers. Par l’ouverture de la nouvelle structure près de l’école Demy Schlechter ainsi que de celle de la rue Verte, la Ville fait sensiblement avancer ce dossier.