Passer au contenu principal
menu

D'Eisenstein à Lynch: Leçon 6

Mardi 15 mai 2018 à 19h00

10 auteurs pour 10 idées du cinéma

Leçon 6 : DOMINOS : BRESSON
Ou comment le cinéma recherche la difficile rencontre du réel

Par Vincent Amiel (professeur en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Paris 1)
Ciné-conférence ponctuée d’extraits de films | en langue française | 60’

Conférence suivie d'un interlude gastronomique "finger food & meet the prof"

« Trois étages à la fusée Bresson, trois stades à sa théorie du cinématographe : 1) Des acteurs qui ne jouent pas, qui ne doivent pas avoir conscience de ce qu’ils font, de ce qu’ils sont : ils se contentent d’être, de se mouvoir comme ils le font habituellement, d’avancer sans penser, ils sont ce que le cinéaste appelle des ‘modèles’. C’est lui, le cinéaste, qui en fera des personnages. 2) Des images qui doivent être quelconques, « plates », insuffisantes à exprimer, dont aucune ne constitue à elle seule un spectacle. C’est le montage, organisé par le cinéaste, qui leur donnera toute leur valeur, leur signification. Moins elles sont fortes individuellement, plus elles se prêteront à l’organisation du film. 3) Un accent mis sur le geste plutôt que sur l’action, sur le fragment plutôt que sur la totalité : il ne s’agit pas de comprendre mais d’être touché, de ressentir, d’être affecté par le moment. Des choix dramaturgiques au plus près de la sensation présente, aux dépens d’un recul narratif. On comprend qu’avec Bresson il faut procéder par négations, par contrariétés, tant il faut se départir des choix habituels, du cinéma de la représentation et de l’artifice. Se départir des conventions pour accepter d’être en présence de la réalité brute, sans équarrissage, sans mise à distance. Tous aujourd’hui, de Cuaron à Jia Zangke, de Lazlo Nemes à Bruno Dumont, ont une dette (avouée) envers ce cinématographe qui théorise en créant. »

Projection : Lancelot du lac

France 1974 | vo | 85’ | c | De : Robert Bresson | Avec : Luc Simon, Laura Duke Condominas, Fabrice Luchini

Le film commence après la quête mythique et vaine du Graal par les chevaliers de la Table ronde. Lancelot revient auprès du roi Arthur et de la reine Guenièvre, à qui il avait juré son amour avant son départ…

« Des oiseaux de mauvais augure scandent le récit ; l’œil d’un cheval, filmé en gros plan, semble annoncer la mort de son cavalier. Ce destin inévitable transparaît jusque dans la mise en scène, où les sons précèdent très souvent les images. La caméra, à même le sol, donne l’impression de craindre le ciel. » (Télérama)

Des oiseaux de mauvais augure scandent le récit ; l’œil d’un cheval, filmé en gros plan, semble annoncer la mort de son cavalier. Ce destin inévitable transparaît jusque dans la mise en scène, où les sons précèdent très souvent les images. La caméra, à même le sol, donne l’impression de craindre le ciel.

Films-clés

Pour approfondir les leçons, la Cinémathèque programme une série de projections supplémentaires de films-clés tous les dimanches soir à 20h30.

Autres films-clés illustrant « Dominos : Bresson » :

01 | 04 Pickpocket | France 1959 | Robert Bresson
08 | 04 Procès de Jeanne d’Arc | France 1963 | Robert Bresson
15 | 04 Mouchette | France 1967 | Robert Bresson
22 | 04 Une femme douce | France 1969 | Robert Bresson
29 | 04 L’argent | France 1983 | Robert Bresson