Aller au contenu principal
menu

JOMI – lautlos, aber nicht sprachlos

JOMI – silencieux, mais pas sans voix

Avant la représentation, JOMI nous entraîne dans son monde merveilleux du silence avec un extrait de son répertoire. Présentation du film suivie d’une discussion en présence du pantomime JOMI et du réalisateur Sebastian Voltmer.

Acteur principal : Josef Michael Kreutzer (JOMI)
Réalisateur, caméra, montage et musique : Sebastian Voltmer
Producteur et caméra : Manfred Voltmer
Direction artistique et scénario : Jenny Theobald, Sylvia Methner
Organisation : Jean Braeunig
Photos : Winfried Götzinger
Interprétation DGS : Isabelle Ridder
Durée : 105 minutes
Financement : par le « Saarland Media »
Une production de : LichtenSTERN.tv

Pas seulement Michael Jackson, le légendaire « King of Pop », a élaboré son « moonwalk » fascinant avec Marcel Marceau, le fameux pantomime français : JOMI, l’un des artistes les plus connus au niveau international avec son langage corporel typique, a également appris son métier avec lui. JOMI s’est produit dans de nombreux pays après avoir passé son examen à Paris « avec distinction » et dirige des ateliers de pantomime. Le film « Silencieux mais pas sans voix », le dernier film du cinéaste allemand Sebastian Voltmer, montre des scènes de sa vie, ainsi que des extraits du répertoire scénique varié de JOMI – tel est son nom d’artiste. Derrière, se cache le pantomime allemand Josef Michael Kreutzer. Son savoir-faire est très diversifié : de sérieux à enjoué, de réfléchi à joyeux, de pétillant à audacieux. Josef Michael Kreutzer est sourd depuis sa première année de vie, causée par une méningite, mais aucun spectateur ne voit JOMI sur scène, comme une personne ayant un handicap.

« JOMI - silencieux mais pas sans voix » montre l’art fascinant des expressions faciales et du langage corporel. Pantomime au plus haut niveau, il n’est jamais arrogant, au contraire : toujours très proche des gens. Aussi les enfants sont émerveillés s’ils découvrent JOMI.

Le documentaire a été conçu dès le départ afin qu’il soit facile à comprendre pour les personnes sourdes et aveugles sans perturber le flux narratif. La traductrice en langue des signes bien connue, Isabelle Ridder, interprète la partie sonore du film pour les malentendants en langue des signes allemande.
Une audiodescription tente de rendre l’art exclusivement visuel de la pantomime aussi accessible aux aveugles. À cet égard, cette documentation est une contribution importante et inclusive au paysage cinématographique.

24 Wochen

24 semaines

En avant-film, un documentaire montre le travail de la Fondation EME (Ecouter pour Mieux s’Entendre).

Les projets, réalisés grâce à la Fondation EME, s’adressent en particulier aux personnes qui, pour diverses raisons, ne font pas partie du public habituel de ce type d’activités culturelles, tels que les enfants et adultes souffrant de handicaps ou à mobilité réduite, les personnes âgées, les personnes socialement défavorisées ou se trouvant dans des situations difficiles, les personnes marginalisées ou isolées. L’expertise du conseil de la Fondation EME et la qualité du réseau régional et international de la Philharmonie ont permis des initiatives destinées à élaborer des offres musicales sur mesure pour les personnes en détresse.

Détails du film

Régie : Anne Zohra Berrached
Interprètes : Julia Jentsch, Bjarne Mädel, Johanna Gastdorf, Emilia Pieske, Maria Dragus
Compositeur : Jasmin Reuter
Année de parution : 2016
Film à partir de 12 ans
Langue : Allemand avec sous-titres allemand et audiodescription
Durée : 99 Minuten
Studio : Indigo

Drame allemand, profondément émouvant sur l’histoire d’une femme enceinte qui doit prendre la lourde décision si oui ou non elle doit garder son bébé gravement malade. Astrid et Marc forment un couple solide et épanoui. Astrid est artiste de cabaret, elle aime son travail, son mari et manager Markus l’encourage et la soutient. Leur vie bascule lorsqu’ils attendent leur deuxième enfant ; lors d’un examen de routine ils apprennent que leur bébé est gravement malade. Le diagnostic les frappe comme une fatalité aveugle. Ils essaient tant bien que mal d’accepter leur destin, mais il finira par mettre leur couple à rudes épreuves à force de plans de guérison, de conseils et pronostics. La recherche de la réponse adaptée à la situation qu’ils traversent remet tout en question : leur couple, le désir d’avoir un enfant, leur vie et les plans qu’ils s’étaient fixés. Plus le temps passe, plus ils s’aperçoivent que personne ne pourra prendre une décision sur la vie ou la mort de leur bébé à leur place.

« 24 Wochen » est du cinéma allemand comme bien ficelé : plein de vie et raconté avec sincérité.

La réalisatrice Anne Zohra Berrached a su trouver des images pour illustrer la décision d’urgence qui ne saurait s’expliquer en des mots. Les acteurs formidables Julia Jentsch et Bjarne Mädel nous embarquent dans leur histoire et nous bouleversent. Un film riche en émotion, illustrant une grande histoire d’amour et peut-être davantage d’une grande frustration.

Une remarque : les personnages médicaux dans le film ne sont pas des acteurs, mais des médecins, des infirmières, ..., qui jouent leur propre rôle.

Film Awards

66. Berlinale: Preis der Gilde-Deutscher Filmkunsttheater
13. Neisse Filmfestival: Bestes Szenenbild
26. Filmkunstfest Mecklenburg-Vorpommern: Beste Regiebestes Drehbuch, Publikumspreis
27. internationales Filmfest Emden/Norderney: Publikumspreis für beste Regie
Deutschen Filmpreis 2017: Filmpreis in Silber

Discussion

Dans les discussions qui suivront les films, les thématiques vont être reprises. Quelle est la situation des personnes concernées au Luxembourg ? Quels soutiens sont proposés? Quelles difficultés sont rencontrées ? Témoignages, idées, propositions,…

Coordonnées

Hôtel de Ville

42, place Guillaume II

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi

de 8h à 12h et 14h à 16h ou sur rendez-vous