Passer au contenu principal
menu

Humphrey Bogart

à l’occasion du 120e anniversaire de sa naissance (1899-1957)

« Il n’a qu’à paraître pour dominer une scène » (Raymond Chandler)

« …une capacité souveraine à l’understatement. » (Dictionnaire du cinéma, Ed. Larousse)

«The only thing you owe the public is a good performance. » (H. Bogart)

«You're not a star until they can spell your name in Karachi. » (H. Bogart)

«Acting is experience with something sweet behind it. » (H. Bogart)

« (…) cette gueule, pleine de crevasses et de failles, avec sa bouche étonnamment belle : ‘Son visage était dense, d’une belle teinte rose et parfaitement dessiné’, notera Louise Brooks, qui elle aussi devait tout à son visage. ‘Ce qui le rendait réellement fascinant, c’était la cicatrice qui venait déformer le coin de sa lèvre supérieure.’ (…) elle donnait à sa voix son chuintement caractéristique, que Bogart dissimulait en parlant le plus bas possible, ce qui donnait l’impression qu’il s’adressait à une seule personne. (…) Bogart ne percera que lorsqu’il aura adapté ses gestes et son attitude à ce visage si caractéristique. ‘Il était de taille moyenne’, dira John Huston. 'Dans la vie, ce n’était pas quelqu’un qu’on remarquait. Mais devant une caméra, les ombres et les lumières lui donnait une autre personnalité, plus noble, plus héroïque.’ (…) Finalement, toute la carrière de Bogart reposera sur une légère erreur de casting. Son attitude un peu rigide et formelle donnait un côté convenu aux personnages respectables qu’il incarnait au début de sa carrière. Mais projetée sur des gangsters qui se savent condamnés ou sur des privés qui en ont trop vu, elle dégageait une impression d’intégrité à la fois résignée et indestructible, presque chevaleresque, qui toucha immédiatement le public. (…) Bogart est un de ces rares acteurs que l’on peut reconnaître rien qu’en apercevant sa silhouette. C’est d’ailleurs ce qui fait de lui une véritable icône. (…) Ce qui fait la singularité des films de Bogart, c’est justement le caractère irréversible des actions, et de leurs conséquences morales, d’un homme déterminé à rester debout, comme au milieu d’une rivière dont il doit affronter le courant. » (Tom Shone)

Les séances de la rétrospective

The Maltese Falcon

Lu   02 | 12       à 18h30

USA 1941 | vostf | 100’ | De : John Huston | Avec : Humphrey Bogart, Mary Astor, Peter Lorre, Sydney Greenstreet | D'après : le roman éponyme de Dashiell Hammett | National Film Preservation Board, 1989

Le détective privé Sam Spade se lance aux trousses du meurtrier de son associé et doit combattre un groupe de perfides aventuriers obsédés par la quête d’un fabuleux oiseau en pierre précieuses…

Bogart, son humeur, son insolence, la pudeur ombrageuse de son masque fermé, la précision presque abstraite de ses gestes ont conservé tout leur pouvoir sur le spectateur.

Casablanca

Me  18 | 12       à 20h30

USA 1942 | vostf | 102’ | De : Michael Curtiz | Avec : Humphrey Bogart, Ingrid Bergman, Paul Henreid, Claude Rains, Conrad Veidt, Peter Lorre, Sydney Greenstreet | Oscars: Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario ; National Film Preservation Board,1989,

En 1941, à Casablanca, Rick Blaine tient un cabaret ; il y retrouve la femme qu’il a aimée et le désir de lutter en venant en aide à la Résistance…

Une oeuvre culte, où Bogart révéla pour la première fois, face à Ingrid Bergman, superbe et tourmentée, sa face romantique. L'un des sommets du classicisme hollywoodien mais aussi l'un des films les plus souvent refaits, copiés et pillés…

Dark Passage

Me  04 | 12       à 18h30

USA 1947| vostf | 105’ | De : Delmer Daves | Avec : Humphrey Bogart, Lauren Bacall, Bruce Bennett, Agnes Moorehead | D'après : le roman éponyme de David Goodis

Un homme traqué pour le meurtre de sa femme (qu’il n’a pas commis) est recueilli par une artiste qui l’aide à se refaire, entièrement le visage. Par la suite, il découvrira le véritable meurtrier…

Reconstituant une troisième fois le couple Bogart/Bacall, et filmée avec beaucoup de poésie dans un San Francisco brumeux, l’œuvre est également célèbre pour sa première partie en caméra subjective où l’on est censé voir, au moins partiellement, par les yeux de l’homme traqué ; son visage (celui de Bogart) ne sera révélé qu’une heure plus tard, après sa métamorphose. Les ‘regards-caméras’ (tournés vers l’objectif) des personnages prennent alors un sens troublant et culpabilisant qui justifie entièrement le procédé.

The Treasure of the Sierra Madre

Lu   09 | 12       à 18h30

USA 1948 | vostf | 126’ | De : John Huston | Avec : Humphrey Bogart, Walter Huston, Tim Holt, Bruce Bennett, Barton MacLane, Alfonso Bedoya | D'après : le roman éponyme de B.Traven | Oscars: Meilleur réalisateur, Meilleur scénario ; National Film Preservation Board, 1990

Un trio mal assorti d’aventuriers américains unit ses efforts pour prospecter de l’or au Mexique. Attaqués par des bandits mexicains, ils finiront par ‘s’entre-craindre’…

Visages burinés, images d’un réalisme sec et tragique, dimension humaine des interprètes : un très grand film (…) Bogart, éblouissant, était définitivement entré dans son univers.

The African Queen

Je   12 | 12       à 18h30

USA-GB 1951 | vostf | 105’ | c | De : John Huston | Avec : Humphrey Bogart, Katharine Hepburn, Robert Morley, Theodore Bikel | D'après : le roman éponyme de C.S. Forester | Oscar du Meilleur acteur, 1952; National Film Preservation Board, 1994

Un aventurier aux prises avec une missionnaire anglaise, sur une rivière d’Afrique infesté de crocodiles, pendant la Première Guerre mondiale…

…Hepburn et Bogart sont délicieux. Ces deux stars vieillissantes savent parfaitement utiliser les tics et attitudes qui sont leur marque déposée pour insuffler au film une touche de légèreté, de comique qui n’altère en rien l’intensité de l’action. L’alchimie est parfaite et a permis à Bogart de remporter son seul Oscar…

The Barefoot Contessa

Je   19 | 12       à 18h30

USA-Italie 1954 | vostf | 128’ | c | De : Joseph L. Mankiewicz | Avec : Humphrey Bogart, Ava Gardner, Edmond O’Brien, Marius Goring, Rossano Brazzi 

A l’enterrement de Maria Vargas, danseuse espagnole devenue star de cinéma, puis comtesse italienne, quatre hommes qui l’ont accompagnée se souviennent de son tragique destin…

Bogart est parfait dans le rôle du confident-narrateur, Ava Gardner sublime en comtesse…

Contacter
le service

Coordonnées

Cinémathèque

17, place du Théâtre
L-2613 Luxembourg
Administration, archives et bibliothèque
10, rue Eugène Ruppert
L-2453 Luxembourg

Horaires d'ouverture

Horaires du lundi au vendredi

Séances journalières à 18h30 et 20h30

Horaires du samedi et dimanche

Séances le samedi à 19h et 21h30
Séances le dimanche à 15h, 17h et 20h30

Ouverture billetterie : 30 minutes avant les séances