Passer au contenu principal
menu

Rétrospective

Avec le soutien de l’Ambassade d’Italie et du Circolo Culturale Curiel

 « Je n’ai pas choisi de devenir réalisateur : c’est le cinéma qui m’a choisi » (Fellini)

 « Comme dans le ventre d’une mère, tu es au cinéma immobile et recueilli, plongé dans l’obscurité, attendant que de l’écran t’arrive la vie. Il faudrait aller au cinéma avec l’innocence du fœtus. » (Fellini)

« Fellini se situe au carrefour de Jerôme Bosch, de Jules Verne et de Dubout. (…) Il inventorie les éléments d’un univers fébrile en voie de décomposition. » (Gilbert Salachas)

Considéré comme un des derniers vrais poètes du siècle dernier, Federico Fellini, auteur de génie et réalisateur de nombreux chefs-d’œuvre, est le créateur extraordinaire des atmosphères d’une Italie et d’une Rome à la fois bourgeoises, fascistes, populaires, nobles, baroques, cinématographiques et contemporaines. Un monde entier qui se reflète sur les visages et dans les yeux qui hantent une galerie infinie de genres et de personnages vivants, tellement naturels et authentiques qu’ils font aujourd’hui partie du patrimoine humaniste international. Depuis les visages de Gelsomina aux clowns grotesques du cirque et de la réalité, depuis Marcello Mastroianni, son alter ego, au tourbillon des figurants princiers ou misérables, depuis le (post)néoréalisme à la réinvention psychanalytique du langage cinématographique des années soixante et soixante-dix jusqu’aux années quatre-vingts plus mélancoliques et prophétiques, personne n’a atteint les sommets de son imagination artistique. Roi des clowns, Fellini a transporté plusieurs générations de spectateurs et les a accompagnés dans un voyage sentimental et ironique entre les formes de la mémoire fantastique, les magnifiques falsifications ou les réalités oniriques. Il a donné naissance par la même occasion à un système d’images évocatrices que seul un illusionniste comme lui pouvait raconter, avec la caméra, tel un libre vagabond de l’invention, et un courageux rêveur de la vie. Et il l’a fait avec cette force désarmante qu’est le cinéma, grâce auquel il continue de briller dans ses œuvres inoubliables.

« Fellini’s kaleidoscopic, often sharply satirical narratives draw freely from his own personal obsessions, fantasies and memories, and have gone on to influence several generations of directors including David Lynch, Pedro Almodóvar, Sofia Coppola ans Paolo Sorrentino. » (BFI)

Programme

☛ Octobre - Part I :

Je 01 | 10 à 21h00 : Lo sceicco bianco (vostf)
Ve 02 | 10 à 18h30 : I vitelloni (vostf)
Sa 03 | 10 à 21h00 : Il bidone (vostf)
Di 04 | 10 à 17h00 : Le notti di Cabiria (vostf)
Ma 06 | 10 à 20h30 : La strada (vostang)
Me 07 | 10 à 18h30 : Il bidone (vostf)
Lu 05 | 10 à 18h30 : Lo sceicco bianco (vostf)
Je 08 | 10 à 21h00 : Le notti di Cabiria (vostf)
Ma 27 | 10 à 21h00 : I vitelloni (vostf) 🎟
Me 28 | 10 à 19h00 : La dolce vita (vostf+all) 🎟
Je 29 | 10 à 18h30 : La strada (vostang) 🎟

 

☛ Novembre - Part II :

Di 01 | 11 à 17h00 : 8 ½ (vostf+all)
Lu 02 | 11 à 18h30 : I clowns (vostang)
Ma 03 | 11 à 21h15 : Giulietta degli spiriti (vostf)
Me 04 | 11 à 18h30 : Roma (vostf+all)
Je 05 | 11 à 21h00 : Fellini - Satyricon (vostf)
Ma 10 | 11 à 18h00 : Il Casanova di Federico Fellini (vostf+all)
Lu 16 | 11 à 21h00 : I clowns (vostang)
Ma 17 | 11 à 18h30 : Prova d’orchestra (vostf)
Me 18 | 11 à 21h00 : Roma (vostf+all)
Je 19 | 11 à 18h30 : Amarcord (vostang)
Lu 23 | 11 à 21h00 : Amarcord (vostang)
Ma 24 | 11 à 18h15 : Giulietta degli spiriti (vostf)
Ma 24 | 11 à 21h00 : Il Casanova di Federico Fellini (vostf+all)
Me 25 | 11 à 18h30 : Fellini - Satyricon (vostf)
Je 26 | 11 à 20h30 : 8 ½ (vostf+all)
Lu 30 | 11 à 21h00 : Prova d’orchestra (vostf)

 

Agenda et plus d'informations sur les films