Passer au contenu principal
menu

Projet « Stolpersteine »

QUESTION PAR MAURICE BAUER

Un reportage à la télé luxembourgeoise sur le projet « Stolpersteine » et sa réalisation à Grevenmacher a attiré mon attention.

Les « Stolpersteine » sont de petits dés de béton ou de métal de 10 cm de côté enfoncés dans le sol. La face supérieure est recouverte d'une plaque en laiton qui honore la mémoire d'une victime du nazisme. Cette initiative a déjà été organisée avec plusieurs villes à I'étranger.

  • Est-ce que la Ville de Luxembourg n’a pas encore été sollicitée dans le cadre de cette initiative importante ?
  • Afin d'honorer la mémoire des victimes du nazisme ayant vécues à Luxembourg-Ville, ne faudrait-ilpas prendre pro-activement l'initiative et contacter les initiateurs du projet afin de le soutenir et envisager d'y participer également ?

RÉPONSE PAR LYDIE POLFER

Madame le Bourgmestre répond qu'il y a deux ans, la Ville, ensemble avec l’Etat et le Consistoire a décidé d’ériger derrière la cathédrale un monument en granit rose de 4 mètres de haut réalisé par l’artiste Selinger, afin d’honorer la mémoire des victimes de la Shoah.

Etant donné que le projet « Stolpersteine » a suscité des critiques et des polémiques en Allemagne, notamment de la part de la communauté juive, la Ville a choisi d’entamer une autre voie.

Accès à l' « Asile national pour animaux » au Ban de Gasperich

QUESTION PAR LAURENT MOSAR ET CLAUDINE KONSBRUCK

À l’heure actuelle, l’« Asile national pour animaux » sis au Ban de Gasperich n’est uniquement accessible que par une petite rue traversant le quartier résidentiel de Gasperich. Il va sans dire que cet accès pose des problèmes de sécurité, notamment en cas d’accident, mais aussi de tranquillité pour les résidents.

Le Ban de Gasperich est actuellement en pleine restructuration. Un parc communal est par ailleurs également planifié à côté de l’Asile pour animaux.

Dans ce contexte, nous voudrions poser les questions suivantes :

  • Le Collège échevinal peut-il nous confirmer qu’un accès routier à l’Asile susmentionné est prévu dans le cadre des travaux de lotissement et de l’aménagement du parc communal dans le Ban de Gasperich ?
  • Dans l’affirmative et vu l’urgence, le Collège échevinal peut-il nous renseigner sur l’échéance de cet accès routier ?

RÉPONSE PAR SAM TANSON

Madame l’échevin Tanson répond qu’un accès vers l’Asile à partir du boulevard de Kockelscheuer est prévu, mais tant que les travaux pour aménager le parc n’ont pas commencé, le seul accès vers l’Asile est celui qui passe par la rue W.A. Mozart et que suivant les informations fournies par le Service Parcs le début des travaux est planifié pour 2018. Il faudra d’abord construire le parking et ensuite la rue Mozart pourra être fermée et l’accès vers l’Asile décalé. D’ailleurs il s’est avéré, lors d’une récente descente sur les lieux, que le parking devant l’Asile était accessible. Si tel n’était plus le cas, une solution devra être recherchée.

Incivilités au parc de Merl

QUESTION PAR TOM KRIEPS

Sous peu, le parc de Merl aura une cafétéria remise à neuf, avec un local pour les services de la ville. Le parc de Merl est, sans aucun doute, un havre de bien-être et jouit d'une popularité importante auprès des habitants des quartier Merl, Belair et Hollerich et au-delà.

Cependant, l'on remarque ces derniers temps un nombre grandissant d'incivilités qui sont commises quotidiennement par différents acteurs qui ne sont pas tous résidents de la Ville.

Des pans entiers du parc sont « privatisés » pour des pique-niques plus ou moins sauvages qui laissent des traces profondes sur les bancs du parc. Les déjections canines se retrouvent un peu partout et les meubles (chaises) s'envolent aussi vite que l'on les y installe. Depuis la fermeture du logement du portier devenu insalubre, il serait opportun de ramener un peu d'ordre dans ce parc qui le mérite.

  • Ne faudrait-il pas profiter des nouvelles installations (et de la législation à venir) pour garantir une présence plus accrue d'agents de la Ville pour mettre un bémol aux incivilités grandissantes?

RÉPONSE PAR LYDIE POLFER

Madame le Bourgmestre répond qu’elle est convaincue que la situation évoquée va s’améliorer du moment que le nouveau restaurant sera opérationnel et que les agents municipaux, lorsqu’ils disposeront de plus de pouvoirs en vertu de l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions légales, pourront contribuer à améliorer la situation. En attendant, instruction leur a été donnée de manifester une présence plus accrue dans le parc.

La circulation en vélo en ville

QUESTION PAR TOM KRIEPS

Comme la circulation à vélo continue à augmenter en ville, ce qui est une bonne chose, l'infrastructure se doit de suivre, sinon de précéder le mouvement.
Les emplacements pour vélos commencent lentement mais sûrement à se remplir.

  • Pourriez-vous m'informer sur le nombre d'emplacements pour vélos dans la ville ?
  • Dans toute hypothèse, ne serait-il pas opportun d'augmenter le nombre d'emplacements, le cas échéant, pas des solutions plus originales telles que celles pratiquées dans des villes comme par exemple à Toronto ?
  • Par ailleurs, l'on voit apparaitre en Europe des offres de vélos en libre-service sans stations propres.

La compagnie O’ Bike, par exemple, loue des vélos dans des villes européennes comme Amsterdam, Munich et Londres ou Zurich.

Ces vélos sont utilisables par le biais d'une application mobile et peuvent être récupérés, et surtout, déposés n'importe où dans ces villes, ce qui n'est pas sans créer certains désagréments.

  • Est-ce que la Ville a été approchée en ce sens par O ‘Bike et sinon, partagez-vous mon avis qu'une telle activité commerciale nécessite l'autorisation de la Ville ?

RÉPONSE PAR SAM TANSON

Madame l'échevin Tanson répond que la Ville n’entend pas s’engager sur une voie risquant de faire traîner des vélos partout dans le désordre.

Actuellement il existe 956 emplacements pour vélos sur le territoire de la Ville, et il est procédé à un inventaire de tous les emplacements pour vélos, tant en ce qui concerne les boxes sécurisés que les emplacements en surface.

Passage pour cyclistes du Pont Adolphe

QUESTION PAR CATHY FAYOT

Le Pont Adolphe a été rénové et rouvert à la circulation il y a plusieurs mois. Si le passage des voitures se fait depuis lors sans encombres, la situation des piétons et des cyclistes reste pénible et souvent dangereuse, étant donné les travaux de finition qui n'en finissent pas.

Dans ce contexte j’aimerais poser les questions suivantes :

  • Quelle est la durée totale prévue de ces travaux qui constituent une gêne permanente pour tout le monde?
  • La ville y est-elle impliquée? Peut-elle contribuer à en accélérer la finition?
  • Par ailleurs, de nombreux cyclistes hésitent à emprunter le nouveau passage installé spécialement pour eux sous le pont. Qu'entend faire la ville pour que ce passage soit effectivement utilisé par les cyclistes et que le trottoir du pont soit désormais réservé aux piétons ?

RÉPONSE PAR SAM TANSON

Madame l’échevin Tanson répond que la passerelle pour les vélos a été aménagée sous le Pont Adolphe alors qu’aucune solution n’avait été trouvée pour les vélos sur le pont, compte tenu du manque d’espace. Il est cependant utile de disposer d’une liaison pour les vélos entre le parc et le quartier de la gare et que c’est ainsi que la solution de la passerelle a été retenue, sachant que cette passerelle serait aussi intéressante pour les piétons. Le Code de la Route ne prévoit pas une réglementation pour cette utilisation mixte, de sorte qu’un marquage au sol délimite une zone pour les piétons et qu’évidemment les vélos peuvent circuler sur le Pont Adolphe, mais en empruntant la chaussée et non pas le trottoir. La signalisation actuellement en place pour ladite passerelle lui semble suffisante. Le chantier actuellement en cours est un chantier de l’Administration des Ponts et Chaussées, de sorte que la Ville n’a pas d’influence sur ces travaux. Il s’agit de travaux d’aménagement ne dépendant pas du pont qui devraient se terminer sous peu.